Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Du temps que je vivais dans le troisièm' dessous"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
késaco
100 messages
avatar

Nombre de messages : 592
Age : 69
Localisation : Landes
Date d'inscription : 23/08/2006

MessageSujet: "Du temps que je vivais dans le troisièm' dessous"   Jeu 15 Fév - 14:58

"Quand j'arrive à huit heur's
Personn' n'est encor' là"...
Je pose ma Clio par terre
Et me voilà"...
Je ne veux pas plagier Serge Lama, mais ma journée de travail, lorsque j'étais en attente d'un "bureau", dans le troisième dessous de la "maison commune", c'est comme ceal que commençait la journée...
Le petit espace de la face nord qui m'était réservé était,ce jour-là, comme je l'avais laissé la veille...

Fondu enchaîné...

Mon "bureau" d'attaché territorial est entouré par la table du courrier général de la mairie, des diverses sacoches qui servent à le distribuer, le meuble "supplémentaire" portant l'appareil pour le composter, le broyeur municipal de documents à éliiner en lamelles par le menu, l'unique machine du rez-de -chaussée. Sans oublier la machine à moudre et faire le café (on n'arrête pas le progrès!) et la bombonne gargouilllante d'eau minérale naturelle des Pyrénées (sous-disant meilleure que l'eau du robinet ???). Et puis, bien sûr, l'unique "réduit" de l'étage pour les besoins de tout le monde...
La vielle grue disparue de l'embouchure de l'Adour, qui fut l'emblème de notre cité est figée à jamais sur mon écran. J'attends.
J'ai inauguré la cafetière et son vrombissement... Le défilé peut commencer, par la porte de bois donnant sur l'extérieur et directement dans mon espace "vital", côté nord, l'entrée générale et déclarée du personnel.
Nous sommes "quatre mousquetaires" de l'administration municipale. C'est dire combien de parfum je vais mélanger sur mes joues fraîchement rasées.
Le nombreux personnel féminin, du moins celui qui ne rechigne pas à la bise matinale, me gratifie d'effluves d'Yves, Coco, Nina, Givenchy...
Je feuillette le catalogue vivant: pantalons, jupes plissées, moulantes, aériennes (selon le temps et la saison), vestes tricots, chemisiers, gants, chapeaux, coiffes, souliers sandales (Basques ou pas) bottines, escarpins...
Mon cadet de bureau, je l'ai appelé "POSTOS", un des mousquetaires, arrive en sifflotant, les bras chargés d'enveloppes , journaux et autres colis.
"Un pour tous, tous pour elles", telle est notre devise.
"PO-POS", le spécialiste de l'urbanisme, vient ensuite, l'oeil endormi, il court lentement l'occupation des sols qu'il a laissé en plan hier, dans son grand bureau du premier étage.
Le troisième, MATOS va venir. C'est un "matériel" en informatique. Il ira rejoindre ses souris et ses câbles et il surfera d'un ordi à l'autre...
Vous en avez conclu que j'étais l'ARAMI de service.
Entre Popos et Matos se sont intercalées, dans la file des arrivants, les tenantes de la "nouvelle" parité... "Tous pour Elles, un pour tous !!"
Bientôt, la "Ricoh40copiesminute" se réveille. Et les autres bruits du matin ordinaire : couvercle grinçant, soupirs des bourrages, la mouture des grains, la coulure du p'tit noir, chasse d'eau, robinet porte de verre qui claque...
Dix heures et quelques rogatons de minutes. cérémonial général et arabique. Et les conversations de ces dames vont bon train.... pas d'enfer, non mais qui les chiffons, qui les enfants, qui les intempéries et les nuits blanches, les accidents ou les naissances, avec dégustation de gâteaux.
Le bruit de l'interrupteur m'annonce un court répit. Elles sont parties...
Le fournisseurs de fournitures franchit la porte de bois, les bras chargé de stylos, crayons, papiers, chemises calendriers...
Midi.
Défilé en sens inverse des affamées, moins parfumé...
Treize heures trente. Rebelote.
Seize heures. Deuxième cérémonial "arabique". Et POSPOS composte... Ah, sacrée machine !!
Dix-sept heures... Elles passent par la porte principale...
Et demain ?

Fondu enchainé...

Huit heures.
Dans la "voûte", le QG municipal, j'occupe à mi-temps douze mètres carrés...
Un pour tous, tous pour elles...
Si vous passez par là, v'nez me voir... Je vous ferai un bon café !!

késaco
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13144
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: "Du temps que je vivais dans le troisièm' dessous"   Sam 17 Fév - 1:05

mon café je le veux avec de la crème et un sucre...

merci. koa

gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
"Du temps que je vivais dans le troisièm' dessous"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Du temps que je vivais dans le troisièm' dessous"
» Le temps et l'espace dans les séries
» "Out of China" et "Les enfants laissés derrière dans la Chine rurale"
» HELP : temps de cuisson poulet dans cocotte en fonte
» [Chattam, Maxime] Le sang du temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: