Mots d'art & Scénarios
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Carte mémoire Micro SDXC Sandisk Extreme Plus 256Go / 200Mo/s
19.99 €
Voir le deal

 

 Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Guy Rancourt
100 messages
Guy Rancourt


Nombre de messages : 750
Age : 76
Localisation : Le Bic (Québec)
Date d'inscription : 28/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptyMar 5 Oct - 20:04

Merci !

Cathy m'avait déjà dit que le poème
"Petite chanson du soir III" était l'un des poèmes d'Alice Nahon les plus étudiés à l'école en Belgique...
Bye et bonne soirée ! soleil
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur



Nombre de messages : 14618
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptyMar 5 Oct - 19:42

Je vais publier dans mon bulletin sur les Rêves, les poèmes : Foi et Arbre vermoulu
et celui sur dormir : Petite chanson du soir III,
un par semaine...

Qu'une trentaine d'abonnés... qui, je le souhaite seront ravis.

Un grand merci à toi...

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Guy Rancourt
100 messages
Guy Rancourt


Nombre de messages : 750
Age : 76
Localisation : Le Bic (Québec)
Date d'inscription : 28/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptyMar 5 Oct - 19:12

Notes complémentaires sur la genèse de cette traduction conjointe.

Alice Nahon ? "C’est une poétesse flamande importante", me dit-elle. J’ai essayé de trouver une traduction française de quelques-uns de ses poèmes. Rien. Peut-être, qu’en anglais, j’aurai un peu plus de chance de dénicher une traduction de ses poèmes. Autre échec, car l’anthologie publiée en 1983 « Collected Poems » d’Alice Nahon est introuvable en librairies et en bibliothèques.
C’est alors que ma vieille amie Simonne-Catherine Leën (Cathy Leën, son nom de plume) me propose de m’envoyer une traduction française de quelques-uns des poèmes d’Alice Nahon. Bien sûr, j’ai répondu que cela me plairait car je pourrais me faire une idée plus arrêtée sur cette auteure que je ne connaissais. Elle m’envoya une demi-douzaine de poèmes d’Alice Nahon avec une traduction plutôt littérale, me laissant le soin d’en donner une version potable en français. Mil projets m’assaillaient de toutes parts et ce projet d’une courte anthologie bilingue (français-flamand) des poèmes d’Alice Nahon tomba lettre morte. C’était un peu avant Noël 2009.
Puis, vint la terrible nouvelle : en début août (le 5 exactement), ma vieille amie poète belge tira sa révérence ! Nouvelle que j’ai apprise trois semaines après son décès en revenant de vacance. Je connaissais pourtant les sérieux problèmes de santé qu’éprouvait son mari, mais elle… Pas Cathy, elle qui m’apparaissait toujours souriante et si sereine. Maudire mon sort et m’apitoyer sur de vains regrets ne mènent à rien. J’ai repris la lecture de l’œuvre poétique que nous a donnée en cadeau Cathy et, enfin, j’ai relu les notes embryonnaires des six traductions françaises proposées.
Que faire alors ? Pour honorer ta mémoire, ma chère Cathy, je vais donner suite à notre projet de traduction des six poèmes que tu m’avais proposés. Évidemment, il devait en avoir d’autres mais ta voix s’est éteinte emportant avec elle son génie créateur. C’est donc seul que je terminerai ce projet, et il me semble que j’entends susurrer ta voix chantante derrière mon épaule :
« Vas-y, poète, tu en es capable !
Rends hommage à ta vieille amie Cathy et à sa poétesse préférée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur



Nombre de messages : 14618
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptyMar 5 Oct - 12:40

Merci Guy

cette femme était très belle... Des êtres passionnés comme ton amie et toi
ont permis qu'on lise ces poèmes et qu'on regarde cette magnifique photo,

Bisous,

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Guy Rancourt
100 messages
Guy Rancourt


Nombre de messages : 750
Age : 76
Localisation : Le Bic (Québec)
Date d'inscription : 28/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptyMar 5 Oct - 11:56

Merci Ginette pour cette belle photo d'Alice Nahon. D'ailleurs, c'était la même photo que ma vieille amie Cathy Leën avait choisie pour coiffer un beau poème sur cette poétesse flamande assez méconnue du public francophone.
C'est d'ailleurs Cathy qui m'avait fait connaître Alice Nahon.
Voici donc ce beau poème :

Alice Nahon (1896-1933)
Poétesse Flamande

Vous avez composé des poésies si belles
Dans ma chère langue flamande maternelle.
Vous avez vu le jour dans ce cher plat pays
Qui m’a vu naitre aussi.

Vous exprimez si bien dans la langue Flamande
Tous les noms et les mots sincèrement m’enchantent
Si dure et si sèche pour certaines oreilles
Pour moi des vraies merveilles.

Vos poèmes chantent haut l’amour et l’amitié
Le chat qui ronronne dans son panier d'osier
La belle Campine et sa pourpre bruyère
Les fleurs au cimetière.

Tous les enfants sages pour qui la cloche sonne
Les gros sabots de bois dans la neige résonnent
Les lunettes dorées de mademoiselle Berthe
Et les herbes si vertes

Depuis mes douze années vos poèmes me ravissent
Après huit décades, dans l'ombre ils fleurissent
Par vos vers éternels je suis très remuée
Malgré le temps passé

2009

(Poème écrit par Cathy Leën, alias Cathyleen)

Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur



Nombre de messages : 14618
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptySam 2 Oct - 18:13

Bonjour Guy

Un bel ajout qui donne vie et couleurs à ce forum,
merci,
Gi

p.s. : je ferai lire certains des textes dans mon bulletin Je t'aime bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Guy Rancourt
100 messages
Guy Rancourt


Nombre de messages : 750
Age : 76
Localisation : Le Bic (Québec)
Date d'inscription : 28/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptySam 2 Oct - 16:13

Qui est ALICE NAHON ?


Alice Nahon est née le 16 août 1896 à Anvers, Belgique. Elle était la troisième d’une famille d’onze enfants. Son père était né aux Pays-Bas, mais de descendance française et sa mère Julia Gijsemans, venait de Putte près de Mechelen, où Alice a passé une bonne partie de son enfance. Elle fit ses études élémentaires à Oude God et, à partir de 1911, Alice étudia à l’École d’Agronomie à Overijse où elle va graduer.

Toutefois, quand éclata la Première Guerre mondiale, elle devint étudiante infirmière à l’hôpital de Stuivenberg d’Anvers. Après plusieurs semaines de travail ardu, elle tomba malade à 18 ans à peine et il semblait que ses poumons étaient sérieusement attaqués. Elle poursuivit donc ses études à l’Académie d’Anvers et aux cours de littérature de Pol De Mont. Les années qui suivirent, Alice les passa au sanatorium, et à partir de 1917, elle va demeurer six ans à l’Institut Sint-Jozefs à Tessenderlo. Les médecins de là-bas vont la convaincre qu’elle était atteinte de tuberculose et qu’elle ne vivrait pas longtemps. Elle sombra dans la dépression et son unique consolation fut la poésie : surtout, la lecture de ses poètes préférés comme Guido Gezelle et l’écriture de ses propres poèmes.

Durant son séjour à Tessenderlo, elle publiera ses premiers poèmes à Vlaamsch Leven. C’est à l’Institut Sint-Jozefs qu’Alice va écrire ses deux recueils de poèmes : « Vondelingskens » (1920) et « Op zachte vooizekens » (1921) qui la rendront fort populaire et qui se vendront à plus d’un quart de millions d’exemplaires. Sa poésie témoigne d’un profond amour de la nature, d’une admiration pour les choses simples et d’une sincère compassion face à sa propre souffrance et à celle d’autrui avec une inspiration religieuse.
Grâce à la générosité de plusieurs de ses admirateurs, elle pourra consulter un médecin étranger. En janvier 1923, elle quitte la Belgique pour la Suisse (Lucerne). Après moult examens, on en vient à trouver qu’elle n’était pas atteinte irrémédiablement de tuberculose, mais qu’elle souffrait de bronchite chronique. Après toutes ces années perdues au sanatorium, Alice ira en Italie où elle guérira peu de temps après son arrivée. Elle passera quelque temps en France, surtout dans les Landes et à Paris avant de retourner à Anvers. Alice subira d’autres traitements médicaux à La Haye et à Amsterdam.
Elle profitera des plaisirs de sa liberté reconquise en voyageant à travers toute la Flandre et aux Pays-Bas en tant que poète célèbre et en se faisant plusieurs amis parmi les artistes. En 1927, elle deviendra bibliothécaire à Mechelen. Une nouvelle vie s’ouvrira car elle adoptera des attitudes beaucoup plus libérales et fréquentera les artistes d’avant-garde tels que Fernand Berckelaers, alias Michel Seuphor (« Seuphor » est l’anagramme de « Orpheus ») et de Geert Pijnenburg. Cependant, elle se liera d’amitié aussi avec des écrivains traditionalistes comme Maurits Sabbe et Gerard Walschap.
Avec son recueil de poèmes « Schaduw » publié en 1928, Alice essaie en vain de briser l’image de sa poésie bien sage présente dans ses premiers recueils. En 1932, elle rechute et tombe gravement malade ce qui la force à démissionner de son poste de bibliothécaire. Sa santé se détériore considérablement et elle passera sa dernière année dans son appartement au centre-ville d’Anvers (Carnotstraat). En janvier 1933, elle est si malade qu’elle en deviendra grabataire. Elle s’affaiblira à petit feu et après de grandes souffrances, elle va s’éteindre le 21 mai 1933. Elle avait à peine 36 ans. Ses funérailles ne passèrent pas inaperçues. Une grande foule lui rendit un dernier hommage et sa dépouille repose maintenant au cimetière Schooselhof à Anvers. Enfin après son décès, paraîtra un recueil posthume de ses poésies juvéniles et inédites « Maart-April ».

Bibliographie

- Vondelingskens, 1920
- Op zachte vooizekens, 1921
- Anthologie d’Alice Nahon, (Vondelingskens et Op zachte vooizekens, 1926
-Schaduw, 1928
- Alice Nahon en haar gedichten, anthologie, 1932
- Maart-April, 1936
- Bloemen van ‘t veld, anthologie préparée par Karel Jonckheere, 1970
- Alice Nahon, Collected Poems, 1983
- De mooiste gedichten van Alice Nahon, 1983
Revenir en haut Aller en bas
Guy Rancourt
100 messages
Guy Rancourt


Nombre de messages : 750
Age : 76
Localisation : Le Bic (Québec)
Date d'inscription : 28/12/2004

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 EmptySam 2 Oct - 16:05

Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 ALICE-NAHON
ALICE NAHON, 1896-1933

À la mémoire de Simonne-Catherine LEËN, 1928-2010, décédée le 5 août 2010, sans sa précieuse aide, ces traductions n'auraient jamais vu le jour.

AVONDLIEDEKE I


Petite chanson du soir I

Le soir mes pensées deviennent
Un jardinet mystérieux
Où les fleurs se penchent vers l’occident
Où chaque oiseau s’est endormi
Le soir le monde devient plus petit
et plus proche le lointain passé...
Ceux qui sont seuls deviennent plus solitaires,
Et ceux qui s’aiment se rapprochent

Le soir elle pèse sur mon silence
Cette belle douleur humaine
Cette envie de recevoir une parole douce et affectueuse
et d’être nous-mêmes gentils pour quelqu’un

(Alice Nahon, in Op zachte vooizekens, 1921)

AVONDLIEDEKE III

Petite chanson du soir III,


C’est bien d’examiner son coeur
Juste avant d’aller dormir
Car depuis l’aurore jusqu’au soir
Ai-je blessé un autre coeur ?

N’ai-je point fait pleurer d’autres yeux ?
N’ai-je point semé de la mélancolie sur un autre visage ?
Et à des gens sans amour
Ne leur ai-je point murmuré un petit mot d’amour ?

Et si je découvre dans la maison de mon coeur
Que j’ai pu apaiser une souffrance
Et que j’ai pu entourer de mes bras
Une seule tête solitaire

Alors je ressens sur mes jeunes lèvres
Cette bonté comme un baiser du soir...
C’est bien d’examiner son coeur
Juste avant d’aller dormir

(Alice Nahon, in Op zachte vooizekens, 1921)

GELOOF

Foi

Il y a du rêve dans tes yeux
Quand tu regardes le ciel
Il y a des chants dans tes soupirs
Si loin du chagrin

Il y a de l’apaisement dans ta voix
Une consolation que rarement j’ai trouvée
Dans des mots qui jaillissent
D’une bouche humaine

Il y a de l’allégresse dans ta joie
Et si de temps en temps tu sanglotes
Alors rigole à travers tes larmes
Tant d’abnégations

Ô Amour, dis-moi de ta voix douce
N’est-ce point, peut-être, un lointain mirage
De l’infinie volupté
D’être si près de Lui ?

(Alice Nahon, in Vondelingskens, 1920)


MIST

Brouillard


Ce jour pareil à un homme fatigué
Qui longe une rue grise et calme
Ne supportant plus sa douleur
Mais qui, malgré tout, se refuse à pleurer

Sur des chemins cahoteux plane
Un voile d’indifférence
Comme une femme qui se donne sans amour
Et quitte sans regret

Il pointe un peu de soleil-lumière
À travers un maussade rideau-brouillard
Une âme qui n’est pas tellement triste
Sans toutefois pouvoir être heureuse

J’ai peur devenir moi-même
Pareil à ce jour sombre
Un enfant qui jamais ne se rebiffe
Mais incapable de chanter pour toujours

(Alice Nahon, in Op zachte vooizekens, 1921)

MOLME BOOM

Arbre vermoulu

Qui aura de l’estime pour toi ?
Lépreux du pied
Qui creuse dans la pourriture
Profondément avec tes racines
Les soirs tu grimpes encore
Le long des petites échelles de feuilles
Et au-delà de tes misères
Tu parles avec les étoiles

Qui aura de l’estime pour toi ?
Homme exclu
Qui chancelle et vagabonde avec ta honte
Jusqu’à la dernière frontière
Pendant que notre inhumanité
Ourle ton manteau de péchés
Tandis que toi le long de sentiers marécageux
Tu rêves de grand-route blanche

Qui aura de l’estime pour toi ?
Seulement Dieu et quelques rares personnes
Ah si tout le monde connaissait
Les regards secrets
Des recoins louches et ténébreux du cœur
Où se cachent les petites échelles
Qui mènent vers l’amour de Dieu

(Alice Nahon, in Schaduw, 1928)

ROZENKNOP

Bouton de Rose

Je n’aime pas les roses en fleurs
Qui ont vidé leur coeur
Et qui à l’ouverture
De leur fragile volupté
Pleurent leur première larme mortelle

Je préfère les voir porter en attendant
Ce qu’un bouton cache en s’ouvrant
La douce somnolence
D’un si suave désir
Qu’une autre rose peut ressentir

Car à travers chaque bonheur sanglote
Crépuscule de tristesse
Comme un amour
Connu de nous deux seulement
Et qui reste secret et inavoué

Amour protège-moi et éloigne-moi toujours
Des flammes de ton immense brasier
Car c’est la passion
Des baisers du soleil
Qui fait mourir une rose...

(Alice Nahon, in Vondelingskens, 1920)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty
MessageSujet: Re: Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933   Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Six poèmes d'ALICE NAHON, 1896-1933
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poèmes de Verlaine
» Poèmes
» Poèmes à thème : Le vin
» Poèmes de Kalima
» Poèmes à thème : Le mur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Poésie & poèmes à thème :: Poèmes à thèmes :: Poètes du monde-
Sauter vers: