Mots d'art & Scénarios
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

 

 Paul Verlaine

Aller en bas 
AuteurMessage
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Paul Verlaine   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 1:41

Après trois ans

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu'éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle.

Rien n'a changé. J'ai tout revu : l'humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin...
Le jet d'eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent ; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m'est connue.

Même j'ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s'écaille au bout de l'avenue,
- Grêle, parmi l'odeur fade du réséda.

(Recueil : Poèmes saturniens)

Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: L'amour par terre   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 1:46

L'amour par terre

Le vent de l'autre nuit a jeté bas l'Amour
Qui, dans le coin le plus mystérieux du parc,
Souriait en bandant malignement son arc,
Et dont l'aspect nous fit tant songer tout un jour!

Le vent de l'autre nuit l'a jeté bas! Le marbre
Au souffle du matin tournoie épars. C'est triste
De voir le piédestal, où le nom de l'artiste
Se lit péniblement parmi l'ombre d'un arbre,

Oh! c'est triste de voir debout le piédestal
Tout seul! Et des pensers mélancoliques vont
Et viennent dans mon rêve où le chagrin profond
Évoque un avenir solitaire et fatal.

Oh ! C'est triste ! - Et toi-même, est-ce pas ! es touchée
D'un si dolent tableau, bien que ton oeil frivole
S'amuse au papillon de pourpre et d'or qui vole
Au-dessus des débris dont l'allée est jonchée.

(Recueil : Fêtes galantes)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Green   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 1:48

Green

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.

Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
Toute sonore encore de vos derniers baisers ;
Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête,
Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

(Recueil : Romances sans paroles)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: L'heure du berger   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 1:52

L'heure du berger

La lune est rouge au brumeux horizon ;
Dans un brouillard qui danse, la prairie
S'endort fumeuse, et la grenouille crie
Par les joncs verts où circule un frisson ;

Les fleurs des eaux referment leurs corolles ;
Des peupliers profilent aux lointains,
Droits et serrés, leur spectres incertains ;
Vers les buissons errent les lucioles ;

Les chats-huants s'éveillent, et sans bruit
Rament l'air noir avec leurs ailes lourdes,
Et le zénith s'emplit de lueurs sourdes.
Blanche, Vénus émerge, et c'est la Nuit.

(Recueil : Poèmes saturniens)

Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Art poétique   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 1:55

Art poétique

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.

Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise :
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.

C'est des beaux yeux derrière des voiles,
C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est, par un ciel d'automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles !

Car nous voulons la Nuance encor,
Pas la Couleur, rien que la nuance !
Oh ! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !

Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L'Esprit cruel et le Rire impur,
Qui font pleurer les yeux de l'Azur,
Et tout cet ail de basse cuisine !

Prends l'éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d'énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'où ?

O qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?

De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée
Vers d'autres cieux à d'autres amours.

Que ton vers soit la bonne aventure
Eparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym...
Et tout le reste est littérature.

(Recueil : Jadis et naguère)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Chanson d'automne   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 1:58

Chanson d'automne

Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon coeur
D'une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

(Recueil : Poèmes saturniens)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Clair de lune   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:08

Clair de lune

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L'amour vainqueur et la vie opportune,
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

(Recueil : Fêtes galantes)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Colloque sentimental   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:10

Colloque sentimental

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux formes ont tout à l'heure passé.

Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
Et l'on entend à peine leurs paroles.

Dans le vieux parc solitaire et glacé
Deux spectres ont évoqué le passé.

- Te souvient-il de notre extase ancienne?
- Pourquoi voulez-vous donc qu'il m'en souvienne?

- Ton coeur bat-il toujours à mon seul nom?
Toujours vois-tu mon âme en rêve? - Non.

Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
Où nous joignions nos bouches ! - C'est possible.

- Qu'il était bleu, le ciel, et grand, l'espoir !
- L'espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

Tels ils marchaient dans les avoines folles,
Et la nuit seule entendit leurs paroles.

(Recueil : Fêtes galantes)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Ecoutez la chanson bien douce   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:12

Ecoutez la chanson bien douce

Ecoutez la chanson bien douce
Qui ne pleure que pour vous plaire,
Elle est discrète, elle est légère :
Un frisson d'eau sur de la mousse !

La voix vous fut connue (et chère ?)
Mais à présent elle est voilée
Comme une veuve désolée,
Pourtant comme elle encore fière,

Et dans les longs plis de son voile,
Qui palpite aux brises d'automne.
Cache et montre au coeur qui s'étonne
La vérité comme une étoile.

Elle dit, la voix reconnue,
Que la bonté c'est notre vie,
Que de la haine et de l'envie
Rien ne reste, la mort venue.

Elle parle aussi de la gloire
D'être simple sans plus attendre,
Et de noces d'or et du tendre
Bonheur d'une paix sans victoire.

Accueillez la voix qui persiste
Dans son naïf épithalame.
Allez, rien n'est meilleur à l'âme
Que de faire une âme moins triste !

Elle est en peine et de passage,
L'âme qui souffre sans colère,
Et comme sa morale est claire !...
Ecoutez la chanson bien sage.

(Recueil : Sagesse)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Femme et chatte   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:14

Femme et chatte

Elle jouait avec sa chatte,
Et c'était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S'ébattre dans l'ombre du soir.

Elle cachait - la scélérate ! -
Sous ces mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongles d'agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.

L'autre aussi faisait la sucrée
Et rentrait sa griffe acérée,
Mais le diable n'y perdait rien...
Et dans le boudoir où, sonore,
Tintait son rire aérien,
Brillaient quatre points de phosphore.

(Recueil : Poèmes saturniens)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Il pleure dans mon coeur   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:16

Il pleure dans mon coeur

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un coeur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce coeur qui s'écoeure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon coeur a tant de peine !

(Recueil : Romances sans paroles)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Le ciel est par-dessus le toit   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:19

Le ciel est par-dessus le toit

Le ciel est, par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte.
Un oiseau sur l'arbre qu'on voit
Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

(Recueil : Sagesse)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Mon rêve familier   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:21

Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime
Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend.

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? - Je l'ignore.
Son nom ? Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.

Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

(Recueil : Poèmes saturniens)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Nevermore   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:22

Nevermore

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L'automne
Faisait voler la grive à travers l'air atone,
Et le soleil dardait un rayon monotone
Sur le bois jaunissant où la bise détone.

Nous étions seul à seule et marchions en rêvant,
Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent.
Soudain, tournant vers moi son regard émouvant
" Quel fut ton plus beau jour? " fit sa voix d'or vivant,

Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique.
Un sourire discret lui donna la réplique,
Et je baisai sa main blanche, dévotement.

- Ah ! les premières fleurs, qu'elles sont parfumées !
Et qu'il bruit avec un murmure charmant
Le premier oui qui sort de lèvres bien-aimées !

(Recueil : Poèmes saturniens)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Promenade sentimentale   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:26

Promenade sentimentale

Le couchant dardait ses rayons suprêmes
Et le vent berçait les nénuphars blêmes ;
Les grands nénuphars entre les roseaux
Tristement luisaient sur les calmes eaux.
Moi j'errais tout seul, promenant ma plaie
Au long de l'étang, parmi la saulaie
Où la brume vague évoquait un grand
Fantôme laiteux se désespérant
Et pleurant avec la voix des sarcelles
Qui se rappelaient en battant des ailes
Parmi la saulaie où j'errais tout seul
Promenant ma plaie ; et l'épais linceul
Des ténèbres vint noyer les suprêmes
Rayons du couchant dans ses ondes blêmes
Et les nénuphars, parmi les roseaux,
Les grands nénuphars sur les calmes eaux.

(Recueil : Poèmes saturniens)
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
didier meral


Nombre de messages : 200
Age : 60
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Vers sans rimes   Paul Verlaine EmptyLun 9 Mar - 2:29

Vers sans rimes

Le bruit de ton aiguille et celui de ma plume
Sont le silence d'or dont on parla d'argent.
Ah ! cessons de nous plaindre, insensés que nous fûmes,
Et travaillons tranquillement au nez des gens !

Quant à souffrir, quant à mourir, c'est nos affaires
Ou plutôt celles des toc-tocs et des tic-tacs
De la pendule en garni dont la voix sévère
Voudrait persévérer à nous donner le trac

De mourir le premier ou le dernier. Qu'importe,
Si l'on doit, ô mon Dieu, se revoir à jamais ?
Qu'importe la pendule et notre vie, ô Mort ?
Ce n'est plus nous que l'ennui de tant vivre effraye !

(Recueil : Chair)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Paul Verlaine Empty
MessageSujet: Re: Paul Verlaine   Paul Verlaine Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Verlaine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paul Verlaine
» Paul VERLAINE (1844-1896)
» Verlaine
» Poème de Verlaine
» Poème de P.Verlaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Poésie & poèmes à thème :: Poèmes à thèmes :: Poètes d'autrefois, poèmes anciens.-
Sauter vers: