Mots d'art & Scénarios
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-33%
Le deal à ne pas rater :
Pack Ecouteurs SAMSUNG Galaxy Buds 2 Noir + Chargeur rapide
99.99 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Poèmes de Synthia Ngoma

Aller en bas 
AuteurMessage
Gi
Rang: Administrateur



Nombre de messages : 14618
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

Poèmes de Synthia Ngoma Empty
MessageSujet: Poèmes de Synthia Ngoma   Poèmes de Synthia Ngoma EmptyMer 27 Fév - 12:23

Poèmes de Synthia Ngoma 1gifleursencadrees2vf8



Une tulipe qui se meurt

Une tulipe qui se meurt
C’est tout le spleen du planteur
À la pensée mélancolique
Au réveil fort nostalgique
Les valérianes le consolent
Quand son dos courbe vers le sol
Au ras de la terre brûlée
Qu’il écoute pleurer pleurer
Planteur à la foi flétrie
Soigne la rose meurtrie
Recouvre son cœur de doux lierres
Elle cessera de saigner
Sur tes branches teintées de vert
Implorant les mânes blessés
Les cruzoés des champs déserts
Ou des arbres estropiés
Et tombe le fruit résonne
Mais pousse tout en silence

Au matin tu ensemences
Les rides à la dure atone
Mais l’éclat des pluies acides
Enfouit ton geste limpide
Aux confins de l’anthracite
Au sort il n’est plus que mythe

Comme le cours d’eau chancelant
Depuis les foyers envoûtants
Tu recherches la liberté
Entre les rivières souillées
Où vont chimères se bâfrer
D’un grand bouillon d’impuretés
Aidés des hommes sans espoir
Faisant d’elles leur dépotoir

Où tes mots tournent en aubade
Germe une idée de croisade
Qu’élève le parfum vaguant
L’air pur des journées d’antan
Oui toi solfège du bel âge
Sois un ramage du printemps
Qui de dos zieute le combat
Ne peut contrer son trépas
Et tombe le fruit résonne
Mais pousse tout en silence

Au matin tu ensemences
Les rides à la dure atone
Mais l’éclat des pluies acides
Enfouit ton geste limpide
Aux confins de l’anthracite
Ô sort! Il n’est plus que mythe
Pourquoi ne reviens-tu pas?
Pourquoi douter cette fois?
Vois cet arbre devant toi
C’est le fruit de tes dix doigts
Pourquoi ne reviens-tu pas?
Doutes-tu une autre fois?
Quand le bourgeon sur ses bras
Est le fruit d’un amour qui croît






Pour un peu de ta douceur

Pour un peu de ta douceur
J’apprendrai ton langage
Comme une consœur docteur
Je parlerai courage

Mes cordes vibrent et brûlent
Tant de mots se bousculent
Réclamant un seul calmant
Un baiser de mon amant

Saoulée par tes essences
Qui paralysent mes doigts
Ma force et ma confiance
En les recouvrant d’effrois

Pour un peu de ta douceur
J’ignorerai les heures
Qui assomment tour à tour
Mes nuits de rêves d’amour


Je nourrirai ces songes
Qui m’empêchent de dormir
Et qui parfois me hantent
Jusqu’à me faire souffrir

Pour un peu de ta douceur
Je me ferai malade
Je me ferai balade
Au gré de tes chers heurs

Poumon privé de plèvre
Lentement tu dégrades
Mon cœur lui bradicarde
En carence de tes lèvres

Nul choix de sonder les cieux
L’iris de tes tendres yeux
Pour évaluer mon corps
Encore et puis encore

Pour un peu de ma douceur
Te feras-tu malade
Te feras-tu balade
Au gré de mes chers heurs
Cent millilitres de toi


Cent millilitres de toi
Frais concentré et sucré
Dans une tasse aimantée
J’y saupoudrai mes émois

Dans un bol je verserai
Ce beau mélange épicé
Sur mon doigt je l’étendrai
Cuisante de le lécher

Sur ma bouche en colère
Chauffe une casserole
Parfumée de cet alcool
Du sud originaire

J’ajouterai du saindoux
Afin d’élever ton goût
J’entrelacerai le tout
Jusqu’à en faire des jaloux

Ce doux mélange doré
Amoureusement léger
Saura me faire frémir
Avant de se refroidir

Souple comme ta bonté
Ardent comme ta beauté
J’avalerai des coulées
En guise de tes baisers


Synthia Ngoma


Ce regard qui me parle


Ce regard qui me parle
Chuchote en silence
Des promesses à distance
Qui vers moi s’élancent

Paroles de brunes perles

Ce regard qui me toise
Sur mon corps se déferle
Dessine sur mon ardoise
Mes courbes couleurs de merle

Caresses de brunes perles

Ce regard qui me charme
De velours il me pare
Dépouille mes tiroirs
Puis s’invite à s’assoir

Charmantes brunes perles

Ce regard qui me cherche
Orné de merveilleux
De vue en vue il prêche
Pour que j’entrouvre mes yeux

Prières de brunes perles

Ce regard qui dit oui
M’appelle sans relâche
Entre lieux clôt m’arrache
Ce qui me tient en vie

Passion de douces perles



Tu es si beau


Tu es si beau
Je suis si belle
Tu es ce cheval que je tenais en selle

Tu vois si loin
Je n’en crois rien
Je cache mes mensonges sous le lit de mes reins

Tu aimes la nuit
J’aime le jour
Même l’amour ne peut vivre pour toujours

Je t’attends pour m’enfuir
Tu arrives nonchalant
Au premier départ tu es toujours absent

Et puis le temps passe
Et oui tu deviens sage
Mais au second départ, je ne tiens plus en cage

Tu me poursuis
Tu me supplies
Mais le train ne peut entendre tes cris

Je te regarde
Te dis au revoir
Tu dis à Dieu
Fais vœux de ne plus me revoir


Je pleure en secret
Je m’écroule au chevet
Tu es plus qu’un ami que je perds à jamais
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
Poèmes de Synthia Ngoma
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Synthia Ngoma par Maryvonne Griat
» Poèmes
» Paul Valery
» Poèmes de Kalima
» Qu'es aco : Poèmes et chansons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Poésie & poèmes à thème :: Poèmes à thèmes :: Poètes du monde-
Sauter vers: