Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal9
100 messages
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 57
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 20/12/2004

MessageSujet: Yol   Mer 9 Fév - 15:00

Yol.


Les fleurs l’encerclèrent, se mirent à bouger lentement, afin de pouvoir l’aimer davantage dans ses derniers moments, de lui montrer l’expression d’une passion qui s’obstinait à perdurer malgré la fureur déployée pour l’éliminer.
Seul, sur le côté, je retenais mon souffle. Malheureux frère Elon, condamné uniquement pour avoir été jardinier et, amoureux…
Ainsi, toute sa vie, il avait embelli les massifs autour de lui, taillé bien des arbres. Il m’avait conté que, printemps comme automne, il allait visiter les parcs et le serres, leur prodiguant des soins, des engrais, de la lumière. Il n’avait été surpris qu’au printemps, lorsque Yol avait décidé l’élimination de tous les jardiniers en activité. Et, maintenant, il allait mourir, dans ce jardin funèbre, loin de ses chères orchidées, enfermées à jamais…
Il disparut lentement pendant l’après-midi. Allongé près de lui, je compris tout à coup qu’il ne balbutiait plus, et je réalisais alors qu’il avait cessé de vivre.
Je me levai. Dans le lointain du parc, je vis que frère Calixte, assis sur une borne, riait très fort en s’essuyant les yeux. Je courus vers lui, plein de colère et de haine.
Frère Calixte, mielleux, me susurra :
- « Le voilà comblé maintenant, parmi ses orchidées, enfin celles qui restent encore céans… »
Les autres prieurs s’approchèrent de nous et ce fut bientôt un long cortège s’allongeant paresseusement jusqu’à la grille de fer.
Dans la foule, je remarquai un frère que j’avais déjà aperçu lors du massacre de mars et que j’avais pris pour l’un des jardiniers persécutés.
- « Bonjour, Arthus, considérez ce fou de Calixte, pareille attitude est indécente, est-il attaché à la Maison de Yol ? »
- « Ah ! Vous en avez entendu parler ? En vérité, c’est moi qui ai intrigué auprès du Grand Prieur. Maintenant, il est bien décidé à rester pour sauver sa peau, quitte à s’attirer les malédictions de Farl l’Inquisiteur. Le frère enquêteur est furieux. »
- « Mais pourquoi tenez-vous à ce que frère Calixte soit de la compagnie de Yol ? »
De plus belle, il m’adressa un sourire énigmatique.
- « Les complots de palais ne me gênent pas. Et tout cela m’est familier. Calixte est prêt à endurer toutes les misères pour arriver au pinacle. Il n’a aucune envie de se voir disgracier, ce serait mourir… deux fois… Mais, je n’en ai cure. Bien au rebours, cela peut m’aider à mieux le manipuler. »
- « Qu’a-t-il enduré ? »
- « Vous voulez dire que vous n’en savez rien ? »
- « Tout à fait, et je commence à trouver exaspérantes toutes ces manœuvres et ces félonies. Que s’est-il passé ? Par Felty, dieu des arbres ! »
- « Je pourrai vous en parler, mais je n’en ferai rien. J’ai des consignes de l’Inquisiteur. Et je tiens à ma tête, même si celle-ci est tannée par les ans et farcie de complots. »
Je me sentis à la fois lésée et rageur. De toute évidence, certains des frères étaient compromis dans une machination diabolique. Le seul point favorable était l’attitude d’Arthus à mon égard.
Arthus croisa les mains, qu’il avait délicates, sous sa bure.
- « De toute manière, je ne conserve aucune image mentale de ces jours d’initiation… »
- « Si vous dites vrai, les ennemis de Yol seront déçus. Mais j’ai peine à vous croire. Peut-être vos souvenirs réapparaîtront-ils une fois retomber en défaveur ? »
Je songeai alors à ma brusque impudence et à mon infériorité provisoire et me demandai aussitôt si je n’avais pas été trop loin.
On voyait déjà apparaître les premiers contreforts de la citadelle, plus désolée de ce côté Est de la montagne. J’étais effrayé que notre périple prit fin. Je n’avais aucune confiance en frère Arthus et j’étais certain que, s’il pouvait me nuire auprès de Yol, il n’hésiterait pas un seul instant. Quelques minutes plus tard, Arthus s’arrêta ; nous pénétrâmes dans la forteresse. Je pensai à la rencontre qui allait suivre. Les différentes péripéties qui s’étaient déroulées m’avaient libérées de toute émotion, et je pensai sereinement à trouver le couperet du destin dans cette tour maudite. Je n’éprouvais plus aucune inquiétude…
Nous prîmes un étroit boyau qui rejoignait la salle du conseil et retrouvâmes notre cortège et ses frères aux robes pourpres.
La cheminée, assez large pour y griller plusieurs bœufs, était flamboyante dans la demie pénombre de la pièce, aux ogives massives et occultées. Je m’écartai du rang et contemplai autour de moi, espérant découvrir un visage ami. Visage que je n’avais pas retrouvé en pénétrant dans la citadelle pour la première et, peut-être la dernière fois…
La journée touchait à sa fin. Un dernier éclat du jour éclairait les murailles et les pierres grises s’enflammaient dans la lumière sanguine du couchant, le soleil s’éteignait au loin, telle la fin d’une existence paisible.
Je fis le vide dans ma tête et dans mon cœur et me forçai à fixer la fenêtre avec un regard serein. Glacée, n’était pas le mot exact… Morte ? Non … Morte était encore définissable… Pétrifiée, peut-être ? Si j’avais à décrire cette atmosphère, je chercherai des termes spéciaux et étranges, de jamais entendu. Peut-être existe-t-il un langage pour les ombres ?
La voix d’Arthus me tira de mes songes et je me préparai à la rencontre qui allait suivre.
- « Est-ce que notre salle du Conseil vous plait ? Venez, je vais vous mener à Yol. »
Sa poigne de fer m’empoigna sans ménagement me broyant les muscles. Qui allais-je rencontrer ? Je me le demandais…
Je sursautai violemment lorsque de l’autre côté de l’immense salle, je vis enfin le chef de la Maison de Yol, l’énigmatique…
A ce moment précis, je compris tout, les persécutions, les massacres de mars et d’avrl, la mort d’Elon et de tous les autres jardiniers, enfin ce que pouvaient endurer Calixte, Arthus et l’Inquisiteur, car vivre constamment aux côtés de Yol était véritablement une terrible épreuve.
Yol le persécuteur, était « autre chose », une moisissure gigantesque et pourtant humaine, un monstrueux parasite, l’incarnation même de LA PEUR …


Loos, le 8 février 2005
Revenir en haut Aller en bas
Romane
100 messages
avatar

Nombre de messages : 294
Localisation : Pyrénées Atlantiques - France
Date d'inscription : 19/12/2004

MessageSujet: Re: Yol   Jeu 24 Fév - 19:40

Mais où vas-tu puiser cette imagination ?
Je me pose la question aujourd'hui, pour la millième fois : jusqu'où va l'imaginaire, pour puiser dans les mots l'alchimie unique ?

BIsous affectueux
Romane
Revenir en haut Aller en bas
Pascal9
100 messages
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 57
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 20/12/2004

MessageSujet: Re: Yol   Ven 25 Fév - 6:39

Loin... Je pense, Très loin...

Amitiés

Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: