Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Connais-tu ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Connais-tu ?   Lun 7 Fév - 22:33

Connais-tu ce site Émilie ?

http://membres.multimania.fr/enigmo/

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Emilie
100 messages
avatar

Nombre de messages : 455
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2004

MessageSujet: Re: Connais-tu ?   Mar 8 Fév - 9:31

Non Gi. Je ne connais pas. Je viens de faire un petit tour. Très joli site, j'ai été surprise de voir la philosophie moderne! J'y reviendrai surement pour lire un peu plus. Merci. Gros bisou. Emilie.

_________________
n'entendre que les silences,
n'écouter que les mots,
ne donner que le beau,
ta vie aura un sens
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: Connais-tu ?   Mer 23 Mar - 2:29

Émilie, Carla m' fait parvenir ce texte et ce lien...

Des goûts et des couleurs… discutons!


“Des goûts et des couleurs on ne discute pas” entend-on souvent, ce qui voudrait dire que le jugement de goût est tout entier livré à l’arbitraire de chacun, et ce qui, au fond, reléguerait l’appréciation esthétique au même rang que le goût en matière de cuisine. Tout comme chacun est libre de préférer le couscous au cassoulet (et vice versa), il n’y aurait qu’une différence subjective entre Bach et le dernier des Boys Band.
N’y a-t-il donc rien de beau en soi, aucun critère universel du goût, aucune hiérarchie qui puisse nous permettre de faire la part entre les différentes évaluation subjectives?
Dans les civilisations du passé, on croyait à des critères objectifs de beauté parce que l’art y avait pour fonction de refléter un ordre cosmique indépendant des hommes et parfait. Autrement dit quand l’art était sacré (“hiéros” en grec) il y avait une hiérarchie des valeurs esthétiques. L’art n’a plus cette fonction dans notre civilisation où la science a désenchanté le monde, et où nous accordons plus d’importance aux complexités de la vie psychologique des individus qu’aux rapports harmonieux dans le cosmos. Il n’y a pas de critères esthétiques objectifs et universels, c’est à dire relevant de l’univers lui-même: l’univers n’est ni beau ni laid, il est. Aucune connaissance scientifique ne pourra jamais porter sur ces qualités qui ne se rapportent pas aux choses, mais à celui qui en fait l’expérience. Privés de sacré et de sublime, sommes-nous irrémédiablement voués à la platitude, au nivellement par le bas de la culture de masse?
Peut-être que s’il n’y a pas de critères objectifs et universels du goût, il n’en reste pas moins qu’il y a une différence subjective certes, mais universelle entre ceux qui ont du goût et acceptent d’en parler, et ceux qui n’en ont pas (et refusent d’en parler). Sur quoi repose cette différence? Peut-être que ce que l’on peut appeler avoir du goût est une disposition acquise, une capacité de contemplation désintéressée, une volonté attentive et patiente de s’ouvrir et de se rendre disponible au beau sous toutes ses formes. Alors que le mauvais goût serait la propension à céder aux attraits flatteurs et faciles de l’agréable et de s’en contenter.
Ainsi, s’il peut paraître stérile de discuter de la supériorité d’un goût (ou même d’une culture) par rapport à un autre, il est bien légitime de nous demander avant toute chose si, oui ou non, le goût s’éduque.

Charles Dalant et Julien Saiman

(source: http://philo.pourtous.free.fr/Atelier/indexatelier.htm)

Carla

Un autre site sur la philosophie...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: Connais-tu ?   Mer 23 Mar - 2:30

et ceci...

L'engagement

La notion d'engagement renvoie à de multiples significations, apparemment très éloignées : deux personnes qui s'engagent l'une envers l'autre, un "chanteur engagé", un automobiliste qui s'engage à un carrefour, un militaire qui s'est engagé pour dix ans, un intellectuel qui s'engage pour une noble cause, un entrepreneur qui s'engage à respecter tel délai dans une construction.
Ce qui lie ces exemples, c'est que dans tous on s'engage soi-même : on ne parle pas d'engagement lorsque qu'on engage quelque chose ou quelqu'un d'autre. Si l'origine du mot a ici un sens, l'engagement est le fait de « donner en gage » ; m'engager signifie donc « me donner moi-même en gage ». Plus précisément, c'est prendre une décision libre et au moins un peu risquée pour moi-même (les risques pouvant être de natures très différentes d'un engagement à l'autre), et surtout être prêt à en assumer moi-même les conséquences. S'engager, c'est par conséquent prendre une responsabilité qu'on n'était pas obligé de prendre. L'engagement repose donc sur la liberté, le plus souvent individuelle ; on peut éventuellement admettre l'idée d'un engagement collectif : on dit parfois qu'un peuple s'engage sur la voie de la démocratie, ou qu'une association s'engage à défendre tel groupe de personnes.
Pour comprendre ce en quoi consiste le fait de s'engager soi-même, et surtout en quoi les différents types d'engagement se distinguent les uns des autres, il peut être intéressant de s'interroger sur les risques que prend celui qui s'engage. Que gage celui qui s'engage ? Qu'a-t-il à perdre dans le fait de s'engager ? Ou plutôt, que signifie exactement le fait que ce qu'il gage, et donc en un sens ce qu'il a à perdre, c'est lui-même ? Un rapide retour aux exemple donnés plus haut montre la grande diversité des risques, des "gages" liés respectivement à ces engagements. Ce qu'ont à perdre deux personnes s'engageant l'une envers l'autre, c'est au moins, sauf exception, la possibilité de s'engager avec une autre personne. Le "chanteur engagé" ne risque finalement de perdre que des "fans" qui ne se reconnaîtraient pas dans son engagement, et encore. L'automobiliste risque l'accident, pour lui et pour les autres. Le militaire engagé (par opposition aux anciens "appelés") perd la possibilité, pendant un certain temps, d'avoir une autre profession. L'intellectuel qui s'engage pour une cause prend au moins un "risque intellectuel" : celui de se tromper, c'est-à-dire celui de se rendre compte plus tard que cette cause ne valait pas d'être défendue, ou même valait d'être combattue (par exemple le stalinisme). Quant à l'entrepreneur, il risque normalement une certaine somme d'argent s'il ne respecte pas le délai prévu. Le problème de ce qu'on appelle « l'art engagé » mérite sans doute un traitement spécifique, car il engage, précisément, toute une conception de l'art : à l'opposé de « l'art pour l'art », par lequel l'artiste ne cherche à exprimer que des idées artistiques (une certaine conception de la beauté par exemple), l'art engagé considère l'art comme le moyen (ce qui n'empêche pas qu'il soit aussi une fin en soi) d'exprimer des idées qui ne relèvent pas de l'art en lui-même, notamment d'idées politiques. Le théâtre de Sartre, la poésie d'Aragon en sont de bons exemples.
Après ce rapide tour d'horizon des différentes formes d'engagement, restent donc les questions : faut-il s'engager, et si oui à quoi ou pour quoi ? Indépendamment des engagements auxquels on ne peut échapper comme celui de l'automobiliste, à propos desquels, hormis la prudence, il n'y a guère à recommander, l'engagement pose le problème de la morale et du rapport aux autres : ne vais-je m'engager que pour ce qui me
concerne directement (défendre mes droits, mes intérêts) ou également pour l'idée que je me fais du bien commun, de l'intérêt général ? Mais peut-on s'engager de la deuxième manière sans y trouver quelque intérêt ? Au bout du compte, ne s'engage-t-on pas toujours pour soi-même ?

M.A.

(source: http://philo.pourtous.free.fr/Atelier/indexatelier.htm )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: Connais-tu ?   Ven 10 Juin - 20:56

un site qui peut être intéressant...

http://www.barbery.net/philo/index.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Connais-tu ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Connais-tu ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oscar Pill... les Médicus ? Tu connais pas ?!
» Personnages que je ne connais pas
» Connais ton ennemi
» J'en connais qui vont baver .....
» Je connais cette tête...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Philosophie, psychologie & rêves :: Philo-
Sauter vers: