Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Douceur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
imagine
100 messages
avatar

Nombre de messages : 232
Localisation : France
Date d'inscription : 13/01/2005

MessageSujet: Douceur   Mer 2 Fév - 16:35

Patrice est assis sur le canapé. Je suis assise sur l'autre canapé à sa droite.

Il observe la pilule blanche posée sur la table basse du salon.

Pendant cinq minutes.

Puis me sourit.

Je lui répond avec ce que j'espérais être un sourire le plus de sincère possible.

Mais merde, mes yeux. J’étais jeune, tu comprends, je ne sais pas si j’ai su cacher mon inquiétude et su sourire avec le regard.

Enfin, il n'a rien vu ou il a fait semblant de ne rien voir.

Et il a continué à observer cette petite pilule blanche pendant cinq autres longues minutes.

Cinq longues minutes où je n’existais plus. Je le croyais.

Il focalisait sur cette pilule.

Mais il a levé la tête, en me souriant. Sourire franc et doux mais fatigué.

Et m’a dit : « Tu sais, …, je suis obligé de prendre cette pilule pour les champignons que j’ai dans la bouche mais elle me tue le ventre. »

Et là, il a à nouveau détourné son regard sur la pilule pendant cinq longues minutes, histoire de se donner le courage.

Et moi, je ne savais pas quoi dire, alors je me contentais de lui sourire, un sourire franc et doux.

Patrice avait le cancer. Phase terminale.

Et il m’a appris à ne jamais renoncer.

Et là, oui, j’en parle. Parce que j’en ai envie. Parce que je pense que tant que l’on a pas tout tenté, on ne peut pas se laisser envahir et qu’il faut se battre, voire juste vivre.


Et si Patrice a gardé la foi… C’est parce qu’il en avait le tempérament. Mais aussi parce qu’il pouvait en parler librement autour de lui voire ne pas en parler du tout et ne dire que des futilités.

Et il avait un sourire si charmant et doux que l’on ne pouvait que lui sourire de la même façon.


Quand par exemple, il était crevé et qu’il en avait marre de voir ma tête, il me disait, « bah tiens, il fait nuit, il faudrait que tu penses à rentrer. » C’était doux.

Il ne faut jamais baisser les bras. Et choper les bras qu’on te tend. Et quand ça fait chier de les voir devant soi ainsi tendus tout le temps, la solution est de le dire.

La leçon. C'est qu'on est jamais seul. C’est que l’on est seul que parce qu’on l’a voulu. Et qu’en amitié vraie, les choses se disent naturellement. On prend le temps, soit de partager un instant, soit de dire les choses tendrement.

Quelques soient les épreuves, il faut rester disponible envers ce qu'on aime. Parce que ce que tu donnes, ils te le rendent de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
http://imaginer.skynetblogs.be/
Romane
100 messages
avatar

Nombre de messages : 294
Localisation : Pyrénées Atlantiques - France
Date d'inscription : 19/12/2004

MessageSujet: Re: Douceur   Jeu 3 Fév - 8:12

imagine a écrit:
en amitié vraie, les choses se disent naturellement. On prend le temps, soit de partager un instant, soit de dire les choses tendrement.

Quelques soient les épreuves, il faut rester disponible envers ce qu'on aime. Parce que ce que tu donnes, ils te le rendent de la même façon.

Humainement, simplement humainement... alors l'Amour.
Au centuple...
Revenir en haut Aller en bas
 
Douceur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» douceur de vivre
» [Bradbury, Ray] Meurtre en douceur et autres nouvelles
» Un premier "fumage" tout en douceur...
» Calme et douceur de vie
» 28 février : Une petite douceur pour toi!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: