Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La scène se passe dans un commissariat...

Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
100 messages
avatar

Nombre de messages : 294
Localisation : Pyrénées Atlantiques - France
Date d'inscription : 19/12/2004

MessageSujet: La scène se passe dans un commissariat...   Lun 20 Déc - 20:37

La scène se passe dans un commissariat. Bureau de l’Inspecteur. Une table, deux chaises. Trois personnages : l’Inspecteur, la pute et la gardienne.
La gardienne entre et fait un geste pour inviter la pute menottée qui la suit, pour l’inviter à s’asseoir.

Gardienne
Asseyez vous (elle regarde les deux chaises) euh… là (elle montre la chaise des inculpés. La pute s’assoit) euh… non… là… (elle montre la chaise de l’inspecteur. La pute change de chaise. La gardienne recule, regarde et réfléchit longuement) Non, non, non… là… (elle montre l’autre chaise. La pute rechange de chaise) Ouais, c’est là.

Pute
(En mastiquant son chewing gum avec force, s’assoit, très provoquante) Ça vous va, comme ça ?

Gardienne
(Fait oui de la tête, très exagérément) Ça va, ça va. L’Inspecteur ne va pas tarder.

Pute
Moi, je m’assois où vous voulez. Quelle importance, après tout. Une chaise n’est qu’une chaise, ma mignonne ! Faut pas faire une fixation ! C’est mauvais pour les neurones, les fixations ! Pour l’estomac, aussi.

La gardienne la regarde bouche bée et ne comprend visiblement rien. Elle choisit de ne pas répondre et ferme la bouche. L’Inspecteur entre d’un pas décidé et s’installe à sa place. Il a les cheveux hirsutes.

Inspecteur
Bien, bien, bien. (il ouvre un énorme dossier) Vous êtes donc Madeleine Sobre, dite Lola, vingt quatre ans, sept mois, cinq semaines et trois jours. Pour les heures, on verra au moment de taper le rapport. Précis. Il faut être précis. Célibataire. C’est bien ça ?

Pute
Vous m’impressionnez, Monsieur l’Inspecteur !

Inspecteur
La précision, Mademoiselle, la précision ! Bien bien bien. Reprenons. Le problème réside donc précisément sur le problème de votre résidence, dans la nuit du 29 au 30 Février dernier. Je vous rappelle qu’il y a eu meurtre et que nous avons un cadavre sur les bras. J’ai là votre dossier (il tapote le dossier). Un bottin de trottoirs, Mademoiselle ! Ce n’est pas sérieux ! C’est impossible ! Il me faut votre adresse exacte au moment du meurtre et tant que vous ne l’aurez pas compris, nous en serons au même point. Je récapitule sommairement : le pourcentage d’habitations dont le confort est supérieur à une valeur x est toujours proportionnel à 1/xE , le coefficient E variant entre 2 et 3 suivant les quartiers. Il serait vain de chercher à remettre en cause cette loi, ce qui n’aurait pour conséquence que de retarder votre dossier… en cas d’innocence, bien sûr. Je pense ne pas pouvoir être plus clair et concis. Donc, Mademoiselle, où demeuriez vous dans la nuit du 29 au 30 Février 2002 ?

Pute
Si ça peut vous faire plaisir, Monsieur l’Inspecteur, notez Place de la Vierge. Mais ici ou ailleurs, qu’est ce que ça peut bien faire ? On est toujours quelque part, jamais partout et parfois, ça change. Et pourtant, on est soi, point final. Et pas forcément coupable ! Ni obligatoirement innocent. Quoique… soi-même on évolue constamment. Des conclusions hâtives pourraient être fatales ! Moi, par exemple… et même vous, d’ailleurs…

Gardienne
Vous comprenez ce qu’elle dit, Patron ? Parce que moi… (moue dépassée par les évènements)

Inspecteur
Taisez-vous, Glaviotte. Ouvrez la fenêtre. (Elle va ouvrir la fenêtre. il se tourne vers la pute) Pas la peine de vous emballer, vous ! Je peux vous passer au polygraphe, si vous décidez de blablater !

Pute
Vous n’allez tout de même pas m’empêcher de parler ! C’est en bâillonnant les hommes pour les faire taire, qu’ils se sont retrouvés dans mon lit et dans celui des copines. Fallait bien trouver un moyen pour qu’ils s’expriment librement ! La parole, merde…

Inspecteur
Bien, bien, bien. Si vous le prenez comme ça, je note : (il note en énumérant tout ce qu’il écrit) "Volubilité relative aux zones cérébrales suractivées, révélant, selon le rapport de l’expert établi lors du dernier interrogatoire, une propension à la fabulation" (à la gardienne) Taisez-vous ! (La gardienne sursaute, car elle n’avait rien dit.. A la pute) Vous n’allez pas me raconter d’histoires. J’en ai vu d’autres. Je connais, Mademoiselle, les gens de votre espèce : tromperie égal mensonge, exagération, fabulation, dénégation et justification. Je vais vous mettre à l’aise : si vous ne voulez pas coopérer, c’est à dire si deux protons se heurtent de plein fouet, le vôtre et le mien, ils disparaîtront en une gigantesque boule d’énergie, égale à 14 000 fois l’énergie initiale de chacun d’eux. Pendant un court instant, vous aurez recréé ni plus ni moins l’état de l’univers à basse température. C’est ce que vous voulez ? Non ! Alors réfléchissez !

Pute
Qu’est ce que vous êtes stressé, Monsieur l’Inspecteur ! Keep cool ! Peace and love ! Il y a de la place pour tout le monde ! Ce que vous êtes triste, vous ! La vie est trop courte pour qu’on s’emmerde. Il faut profiter de l’instant, le goûter, le savourer, le humer, s’en remplir, en déborder ! La philosophie de la vie n’est pas ce que vous essayez de me dire ! Tenez. Je suis comme tout le monde, moi ! Je dirais…

Gardienne
Non, non, j’ai rien dit…

Inspecteur
La ferme ! Restons clairs, concis et ordonnés. Plutôt que philosopher, Mademoiselle, vous devriez garder les pieds sur terre ! (la gardienne plante bien ses pieds au sol, en les regardant pour être sûre qu’ils sont bien sur terre) Je vous pose une question, vous me donnez une réponse, s’il vous plaît.

Pute
Je dirais quand même que c’est pas parce que j’aime les hommes, que je n’ai pas un avis sur l’homme. L’humain, quoi ! Tenez, Monsieur l’Inspecteur : dans une goutte d’eau, savez-vous ce qu’on trouve ?

Gardienne
… du liquide ?…

Inspecteur
(énervé, à la gardienne) Aaaah !

Pute
Tous les secrets des océans. Et dans l’homme, on trouve…

Gardienne
Les spermat…

Inspecteur (de plus en plus énervé) Aaaah !

Pute
Tous les aspects de la vie ! Vous avez toujours le nez dans vos dossiers ! Si vous lisiez Pascal, Montaigne, tenez… même Platon, Monsieur l’Inspecteur…

Gardienne
Femme hebdo ?….

Inspecteur
Foutaises. Taisez-vous ! Tout se calcule, tout se démontre, tout se prouve. Et vous allez me dire où vous habitiez entre le 29 et le 30 Février et je vais décortiquer votre réponse pour mettre noir sur blanc, au bout de l’enquête, le nom du meurtrier (mielleux) ou de la meurtrière…

Pute
A part ça, vous me dites que je blablate… Monsieur l’Inspecteur, ma parole vaut autant que la vôtre ! Dans mon métier, dans le vôtre aussi, la philosophie c’est vital et… je ne pourrais pas faire joujou avec vous, messieurs, si je ne connaissais pas parfaitement ce que vous êtes…

Inspecteur
Taisez-vous ! Laissez parler la science !

Pute
Vous avez un esprit tout petit-petit… Si votre… (elle montre le dessous de la ceinture) … est à l’image de votre caboche, mon pauvre Monsieur l’Inspecteur, je vous plains…

Gardienne
Ah ! C’est pas pareil ! Pas pareil du tout !

Pute
Moi, je ne parle pas pour ne rien dire ! Comment peut-on affirmer quelque chose, quand ça bouge tout le temps ? Et question bouger (geste évocateur et obscène) j’en connais un rayon !

Inspecteur
(hurle en se levant) Vous m’empêchez de faire mon travail ! C’est à cause de vos âneries, qu’on est dans la merde !

Pute
(hurle en se levant aussi) Vous n’êtes qu’un rétréci du ciboulot ! C’est à cause de vos démonstrations stupides de grand savant qui s’y croit, qu’on avance à rien ! Je ne veux pas me faire répertorier ! Ton assassin, t’as qu’à le trouver tout seul, OK ? Moi, a + b - c = machin, c’est pas mon truc ! Et tu sais pourquoi tu ne trouveras jamais mes empreintes nulle part, mon p’tit loup ? Parce que je les planque dans mon string ! C’est compris ?

Gardienne
Oh là là… va falloir la fouiller, Patron ! Je l’fais ou vous l’faites ?

Inspecteur
(à la gardienne) Elle va se la boucler, celle là ? (il se jette sur la pute) et toi, tu restes là, tu entends ? Tu restes là, là, là ! Dans une cellule tellement petite que ton string, tu le laisseras dans le couloir !

Pute
Je me casse ! Je fous le camp, ouais !

Ils s’empoignent tous les deux et se battent. Ils finissent par passer au travers de la fenêtre et s’écrasent sur le trottoir. La gardienne n’intervient pas, elle ira finir la cigarette entamée de l’inspecteur, avant d’aller constater les dégâts, par la fenêtre.

Gardienne
On dirait de la pâtée pour chien ! Mais moi, mon chien, il aime que les croquettes !

Romane - 2002
Revenir en haut Aller en bas
 
La scène se passe dans un commissariat...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce qui se passe dans le monde pendant une minute !
» Révélation : le film
» La plus belle scène de danse dans les adaptations?
» Présentation de Phèdre, acte 1, scène 2
» Une scène bien choquante dans mon jardin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Théâtre, télévision & Cinéma :: Que la magie commence !-
Sauter vers: