Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'inconscient (philosophie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emilie
100 messages
avatar

Nombre de messages : 455
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2004

MessageSujet: L'inconscient (philosophie)   Mer 26 Jan - 10:25

La conscience que nous avons de nous-mêmes et du monde n'est pas infinie mais parcellaire et lacunaire. L'exemple des souvenirs suffirait à nous en convaincre ; l'exemple des prises de conscience également : je prends soudain conscience que je suis de mauvaise foi, ou que ce que j'ai dit comportait plus de sens que je n'en avais moi-même conscience. Nous savons que la conscience ne sait pas tout.Mais la découverte véritable de l'inconscient réside ailleurs : dans la découverte du fait que la conscience résiste à la prise de conscience de certaines choses, de certains souvenirs, ou de certains désirs. En un sens, la conscience n'est rien d'autre que ce refus d'admettre ce qui la menace ou la conteste. l'inconscient n'est pas seulement ce dont je n'ai pas conscience mais ce que ma conscience consiste à nier. Pourquoi découvre-t-on cette dualité, en chacun de nous, entre ce qui est conscient et ce qui est insconcient, et que nous apprend-elle sur nous-mêmes ?

(a).... L'insconcient n'est pas seulement, de façon descriptive, ce qui se tient hors du champ de la conscience, ce dont on n'a pas conscience.
L'inconscient, c'est tout ce que la conscience rejette et tient dans la mesure du possible hors de son champ; mais c'est aussi, réciproquement, ce qui n'existe qu'en s'éfforçant de faire irruption à nouveau dans la conscience, en déjouant s'il le faut toutes les résistances mises en place par la conscience et l'insconcient qui constitue leur mouvante frontière. Pour comprendre et s'expliquer les conduites humaines, il faut s'efforcer de les comprendre comme des compromis élaborés par le psychisme humain entre les tendances divergentes de la conscience et de l'insconcience.

(b)... il suffit d'observer quelques temps un enfant pour s'apercevoir qu'il est le siège de désirs et de tendances contradictoires : il veut en même temps une chose et son contraire ; envers ses parents qui reviennent après une absence qui lui a paru trop longue, il éprouve à la fois du soulagement et de l'affection, et de la colère et un désir de vengeance. L'être humain est ambivalent dans ses désirs et ses émotions.
Cette ambivalence entraverait tout processus de décision véritable si elle devait se maintenir. A mesure que la personnalité se structure, tous les désirs ne peuvent être honorés au même degré : certains vont succomber au refoulement (en particulier ceux dont le sujet a peur ou a honte, comme le désir de la mort à l'égard d'un de ses proches) pour que d'autres puissent s'implanter durablement dans la conscience. Le refoulement a une fonction : faire que le sujet ne soit pas irrémédiablement enfermé dans ses contradictions. Notre insconcient n'est donc pas une vérité ultime envers nous-mêmes : tout au contraire, il contient tout ce à quoi nous avons dû renoncer à mesure que notre personnalité se construisait pour que nous puissions devenir ce que nous sommes. En un sens,notre insconcient incarne tout ce que nous ne sommes pas, tout ce que nous n'avons pas pu ou su intégrer dans notre personnalité : " L'insconcient c'est l'infantile en nous." disait Freud. Il disait encore " l'insconcient est l'inverse contradictoire du conscient, il en est comme le négatif photographique.

(c)... Mais ce qui est refoulé ne cesse pas d'exister pour autant (en témoignent les rêves, les lapsus, les actes manqués) et ne perd rien de sa charge émotionnelle, affective et pulsionnelle. Tout ce qui a succombé au refoulement s'efforce de faire retour dans la vie consciente pour pouvoir s'exprimer et se réaliser dans la réalité.Ce retour du refoulé prend la forme de perturbations da la vie psychique consciente, qui peuvent aller des plus menues perturbations de la vie quotidienne jusqu'aux névroses les plus graves : rêves que je n'imagine pas avoir pu faire et dont je cherche la signification, actes manqués de toute sorte (oubli d'un nom propre, oubli d'un rendez-vous, lapsus par lequel je dis autre chose ou le contraire de ce que je voulais dire, symptômes névrotiques qui vont entraver la vie normale du sujet). Ce qu'ont de commun des phénomènes aussi divers, c'est que la conscience ne se reconnait pas dans ce que fait, dit ou rêve le sujet : la conscience découvre qu'elle ne dispose pas de la clé lui permettant d'interpréter et de donner sens à ces manisfestations. Le retour du refoulé ne doit pas être confondu avec une levée du refoulement : si le sujet constate bien l'irruption de quelque chose qui échappe à la conscience, ce qui s'exprime ainsi reste refoulé et hors de portée de la conscience.
Sans l'insconcient, la psychologie n'aurait pas d'objet puisque chacun se connaîtrait lui-même immédiatement de façon transparente et exhaustive.


" L'insconcient n'est pas UN problème de psychologie, mais LE problème de la psychologie." (Freud)

_________________
n'entendre que les silences,
n'écouter que les mots,
ne donner que le beau,
ta vie aura un sens
Revenir en haut Aller en bas
 
L'inconscient (philosophie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une philosophie d'aimer
» La dissertation (pour devoir de français/philosophie)
» quel est votre philosophie de collectionneur ?
» La nuée d'esprits, philosophie et pensée profondes...
» Philosophie du matin devant le chocolat chaud...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Philosophie, psychologie & rêves :: Philo-
Sauter vers: