Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jadis l'Océan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
100 messages
avatar

Nombre de messages : 294
Localisation : Pyrénées Atlantiques - France
Date d'inscription : 19/12/2004

MessageSujet: Jadis l'Océan   Lun 20 Déc - 20:18

Jadis, l'océan

Grands fonds, avec rien au-dessus pour leur donner leur nom. Grands fonds, sans fond au-dessus de leur propre fond en dedans de leurs tréfonds. Longues étendues, nues, abandonnées, stériles et sans objet. Cratères puisables, épuisés, trop accessibles à la main de l’homme. Dénivellations hasardeuses. Vallons. Pics. Plaines. Livrées aux gémissements de l’air impudique et voleur.

Grands fonds sans raison d’être, sans volonté de vivre, ni de se mouvoir aux glissements absents des algues avortées. Cachettes dérobées aux accrocs, aux morsures, aux fuites silencieuses.

Grands fonds sans obscurité, sans l’ondoiement des voiles fluides, salées, froides et mourantes, renaissantes, infinies, inlassables, éperdument libres et déliées, de l’océan disparu.

Grands fonds livrés à l’agonie de leurs impossibles accueils, eux qui engloutissaient la déchirure des naufrages, l’âme des noyés, l’abandon des suicidés…

Grands fonds gardiens des bracelets tombés par-dessus bord, avaleurs de cercueils en lin blanc, tombeaux des trésors enfoncés dans leur vase mouvante, piqués dans leurs entrailles par des éclats d’amphores et par le poignard des pirates.

Grands fonds, profondeurs ténébreuses. Jadis.

Jadis. Au temps du temps des compléments. Au temps du parfait remplissage de leurs formes, de ce remplissage qui les baptisait.

Grands fonds, avec le S des pluriels arrogants, majestueux, insondables…

Au temps du poids de l’océan. De ce poids insistant, étouffant, écrasant, jusqu’à leur briser les reins. De ce poids dont on ne s’élève plus jamais pour atteindre le ciel.

Jadis. Avant l’absurdité d’un monde bouleversé, renversé, basculé dans la glisse de ses grandes morts. Trois mille ans d’agonie.

Il est parti comme ça, sournoisement, presque sans bruit, aux brumes matinales. Imperceptiblement, aux brûlures d’en haut. Aux vents des quatre points.

Il est parti, l’océan, emportant avec lui l’objet de son complément.

Les grands fonds ne sont plus que désert livré à l’émergence crue d’une écorce salée, d’une croûte craquelée de sécheresse, blanche, aussi blanche que leur amnésie…

Romane - Novembre 2004
Revenir en haut Aller en bas
 
Jadis l'Océan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ballade des Dames du temps jadis
» Complaintes de Charles d'Orléans 1410-1465
» (Coll) Fleur bleue( Chantal)
» François Villon.
» William Henry HUDSON (Argentine/Royaume-Uni)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: