Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 José-Maria de HEREDIA (1842-1905)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: José-Maria de HEREDIA (1842-1905)   Mar 10 Mar - 4:32

(Recueil : Les Trophées)

Armor

Pour me conduire au Raz, j'avais pris à Trogor
Un berger chevelu comme un ancien Évhage ;
Et nous foulions, humant son arome sauvage,
L'âpre terre kymrique où croît le genêt d'or.

Le couchant rougissait et nous marchions encor,
Lorsque le souffle amer me fouetta le visage ;
Et l'homme, par-delà le morne paysage
Étendant un long bras, me dit : Senèz Ar-Mor !

Et je vis, me dressant sur la bruyère rose,
L'Océan qui, splendide et monstrueux, arrose
Du sel vert de ses eaux les caps de granit noir ;

Et mon coeur savoura, devant l'horizon vide
Que reculait vers l'Ouest l'ombre immense du soir,
L'ivresse de l'espace et du vent intrépide.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Le bain   Mar 10 Mar - 4:34

(Recueil : Les Trophées)

Le bain


L'homme et la bête, tels que le beau monstre antique,
Sont entrés dans la mer, et nus, libres, sans frein,
Parmi la brume d'or de l'âcre pulvérin,
Sur le ciel embrasé font un groupe athlétique.

Et l'étalon sauvage et le dompteur rustique,
Humant à pleins poumons l'odeur du sel marin,
Se plaisent à laisser sur la chair et le crin
Frémir le flot glacé de la rude Atlantique.

La houle s'enfle, court, se dresse comme un mur
Et déferle. Lui crie. Il hennit, et sa queue
En jets éblouissants fait rejaillir l'eau bleue ;

Et, les cheveux épars, s'effarant dans l'azur,
Ils opposent, cabrés, leur poitrail noir qui fume,
Au fouet échevelé de la fumante écume.


Dernière édition par didier meral le Mar 10 Mar - 4:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Bretagne   Mar 10 Mar - 4:35

(Recueil : Les Trophées)

Bretagne

Pour que le sang joyeux dompte l'esprit morose,
Il faut, tout parfumé du sel des goëmons,
Que le souffle atlantique emplisse tes poumons ;
Arvor t'offre ses caps que la mer blanche arrose.

L'ajonc fleurit et la bruyère est déjà rose.
La terre des vieux clans, des nains et des démons,
Ami, te garde encor, sur le granit des monts,
L'homme immobile auprès de l'immuable chose.

Viens. Partout tu verras, par les landes d'Arèz,
Monter vers le ciel morne, infrangible cyprès,
Le menhir sous lequel gît la cendre du Brave ;

Et l'Océan, qui roule en un lit d'algues d'or
Is la voluptueuse et la grande Occismor,
Bercera ton coeur triste à son murmure grave.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Brise marine   Mar 10 Mar - 4:36

(Recueil : Les Trophées)

Brise marine

L'hiver a défleuri la lande et le courtil.
Tout est mort. Sur la roche uniformément grise
Où la lame sans fin de l'Atlantique brise,
Le pétale fané pend au dernier pistil.

Et pourtant je ne sais quel arome subtil
Exhalé de la mer jusqu'à moi par la brise,
D'un effluve si tiède emplit mon coeur qu'il grise ;
Ce souffle étrangement parfumé, d'où vient-il ?

Ah ! Je le reconnais. C'est de trois mille lieues
Qu'il vient, de l'Ouest, là-bas où les Antilles bleues
Se pâment sous l'ardeur de l'astre occidental ;

Et j'ai, de ce récif battu du flot kymrique,
Respiré dans le vent qu'embauma l'air natal
La fleur jadis éclose au jardin d'Amérique.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Floridum mare   Mar 10 Mar - 4:40

(Recueil : Les Trophées)

Floridum mare

La moisson débordant le plateau diapré
Roule, ondule et déferle au vent frais qui la berce ;
Et le profil, au ciel lointain, de quelque herse
Semble un bateau qui tangue et lève un noir beaupré.

Et sous mes pieds, la mer, jusqu'au couchant pourpré,
Céruléenne ou rose ou violette ou perse
Ou blanche de moutons que le reflux disperse,
Verdoie à l'infini comme un immense pré.

Aussi les goëlands qui suivent la marée,
Vers les blés mûrs que gonfle une houle dorée,
Avec des cris joyeux, volaient en tourbillons ;

Tandis que, de la terre, une brise emmiellée
Éparpillait au gré de leur ivresse ailée
Sur l'Océan fleuri des vols de papillons.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: La conque   Mar 10 Mar - 4:41

(Recueil : Les Trophées)

La conque

Par quels froids Océans, depuis combien d'hivers,
- Qui le saura jamais, Conque frêle et nacrée ! -
La houle sous-marine et les raz de marée
T'ont-ils roulée au creux de leurs abîmes verts ?

Aujourd'hui, sous le ciel, loin des reflux amers,
Tu t'es fait un doux lit de l'arène dorée.
Mais ton espoir est vain. Longue et désespérée,
En toi gémit toujours la grande voix des mers.

Mon âme est devenue une prison sonore :
Et comme en tes replis pleure et soupire encore
La plainte du refrain de l'ancienne clameur ;

Ainsi du plus profond de ce coeur trop plein d'Elle,
Sourde, lente, insensible et pourtant éternelle,
Gronde en moi l'orageuse et lointaine rumeur.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Le naufragé   Mar 10 Mar - 4:42

(Recueil : Les Trophées)

Le naufragé

Avec la brise en poupe et par un ciel serein,
Voyant le Phare fuir à travers la mâture,
Il est parti d'Egypte au lever de l'Arcture,
Fier de sa nef rapide aux flancs doublés d'airain.

Il ne reverra plus le môle Alexandrin.
Dans le sable où pas même un chevreau ne pâture
La tempête a creusé sa triste sépulture ;
Le vent du large y tord quelque arbuste marin.

Au pli le plus profond de la mouvante dune,
En la nuit sans aurore et sans astre et sans lune,
Que le navigateur trouve enfin le repos !

Ô Terre, ô Mer, pitié pour son Ombre anxieuse !
Et sur la rive hellène où sont venus ses os,
Soyez-lui, toi, légère, et toi, silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Le récif de corail   Mar 10 Mar - 4:43

(Recueil : Les Trophées)

Le récif de corail

Le soleil sous la mer, mystérieuse aurore,
Éclaire la forêt des coraux abyssins
Qui mêle, aux profondeurs de ses tièdes bassins,
La bête épanouie et la vivante flore.

Et tout ce que le sel ou l'iode colore,
Mousse, algue chevelue, anémones, oursins,
Couvre de pourpre sombre, en somptueux dessins,
Le fond vermiculé du pâle madrépore.

De sa splendide écaille éteignant les émaux,
Un grand poisson navigue à travers les rameaux ;
Dans l'ombre transparente indolemment il rôde ;

Et, brusquement, d'un coup de sa nageoire en feu
Il fait, par le cristal morne, immobile et bleu,
Courir un frisson d'or, de nacre et d'émeraude.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Les conquérants   Mar 10 Mar - 4:44

(Recueil : Les Trophées)

Les conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d'un rêve héroïque et brutal.

Ils allaient conquérir le fabuleux métal
Que Cipango mûrit dans ses mines lointaines,
Et les vents alizés inclinaient leurs antennes
Aux bords mystérieux du monde Occidental.

Chaque soir, espérant des lendemains épiques,
L'azur phosphorescent de la mer des Tropiques
Enchantait leur sommeil d'un mirage doré ;

Ou penchés à l'avant des blanches caravelles,
Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l'Océan des étoiles nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Maris stella   Mar 10 Mar - 4:45

(Recueil : Les Trophées)

Maris stella

Sous les coiffes de lin, toutes, croisant leurs bras
Vêtus de laine rude ou de mince percale,
Les femmes, à genoux sur le roc de la cale,
Regardent l'Océan blanchir l'île de Batz.

Les hommes, pères, fils, maris, amants, là-bas,
Avec ceux de Paimpol, d'Audierne et de Cancale,
Vers le Nord, sont partis pour la lointaine escale.
Que de hardis pêcheurs qui ne reviendront pas !

Par-dessus la rumeur de la mer et des côtes
Le chant plaintif s'élève, invoquant à voix hautes
L'Étoile sainte, espoir des marins en péril ;

Et l'Angélus, courbant tous ces fronts noirs de hale,
Des clochers de Roscoff à ceux de Sybiril
S'envole, tinte et meurt dans le ciel rose et pâle.
Revenir en haut Aller en bas
didier meral
100 messages
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 56
Localisation : La Chapelle Thouarault
Date d'inscription : 10/05/2007

MessageSujet: Mer montante   Mar 10 Mar - 4:47

(Recueil : Les Trophées)

Mer montante

Le soleil semble un phare à feux fixes et blancs.
Du Raz jusqu'à Penmarc'h la côte entière fume,
Et seuls, contre le vent qui rebrousse leur plume,
A travers la tempête errent les goëlands.

L'une après l'autre, avec de furieux élans,
Les lames glauques sous leur crinière d'écume,
Dans un tonnerre sourd s'éparpillant en brume,
Empanachent au loin les récifs ruisselants.

Et j'ai laissé courir le flot de ma pensée,
Rêves, espoirs, regrets de force dépensée,
Sans qu'il en reste rien qu'un souvenir amer.

L'Océan m'a parlé d'une voix fraternelle,
Car la même clameur que pousse encor la mer
Monte de l'homme aux Dieux, vainement éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: José-Maria de HEREDIA (1842-1905)   

Revenir en haut Aller en bas
 
José-Maria de HEREDIA (1842-1905)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Complicité avec José-Maria de HEREDIA; LA VISION DE Khém
» José Maria de HEREDIA
» Antoine et Cléopatre de José-Maria de Hérédia
» Sur le Livre des Amours.../José-Maria de HEREDIA
» José-Maria de Heredia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Poésie & poèmes à thème :: Poèmes à thèmes :: Poètes d'autrefois : poèmes marins-
Sauter vers: