Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La beauté du diable.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
poète
100 messages
avatar

Nombre de messages : 155
Age : 55
Localisation : Perpignan (France).
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: La beauté du diable.   Mer 26 Mar - 10:19

Il y a bien longtemps de cela, dans une contrée très lointaine, vivait une femme; d'une très grande beauté. Elle s'appelait sena, et tous les hommes en étaient fous amoureux. Elle le savait, et usait de tous ses charmes pour les faire souffrir. Un jour à l'occasion d'une fête, elle aperçut un jeune homme; qui ne s'intéressait pas du tout à elle. Piquée au vif par son indifférence, elle approcha cet inconnu; qui discutait avec un groupe de personnes.

-Qui es-tu étranger? je ne t'ai jamais vu auparavant. Le jeune homme se retourna lentement et répondit.
-Et toi, qui es-tu?
-Je suis sena, fille de narop et de nessa. Le jeune homme se présenta à son tour.
-Moi, je m'appelle tanis. Je suis le fils de erna et de zameth.
La jeune femme continua son interrogatoire.
-Quelles sont tes occupations? As-tu un travail?
Tanis qui avait repris sa discussion, dut l'interrompre à nouveau.
-J'élève des moutons, et je tisse de chauds vêtements avec leur laine. Je possède aussi une petite vigne, qui produit chaque année dix barriques d'un excellent vin, et deux fois l'an, je vend ma production sur le marché de Ram, distant de quatre kilomètres de l'endroit où je vis. Je cueille aussi des baies dans les bois, qui me permettent de remplir quelques centaines de pots, d'une délicieuse confiture que je vend également sur le marché de Ram. Ajoutons à cela une dizaine de ruches, produisant un miel épais et parfumé, que j'échange contre des épices, des étoffes, du sucre, du sel et de la viande séchée.
-Vis-tu seul?
-Non, répondit tanis. Je vis avec mes parents, qui sont dans un âge avancé; là haut sur la montagne. Il pointa son index droit, sur un piton rocheux d'une très grande hauteur.
-As-tu une compagne? Pour honorer ta maison? Douce et aimante?
-Pourquoi me poses-tu autant de questions sena? Moi qui ne suis qu'un modeste berger, rétorqua tanis visiblement embarrassé. Puis il rajouta.
-Regarde autour de toi! Ne vois-tu pas tous ces hommes richement vêtus, alors que je n'ai que de vieilles guenilles à me mettre sur le corps.
-Et toi tanis, ne me vois-tu pas parmi cette foule? Regarde moi bien! Ne suis-je pas attirante?
-Sans doute l'es-tu pour beaucoup d'hommes répondit tanis, mais en ce qui me concerne; je ne vois en toi qu'une femme parmi tant d'autres. Folle de rage, la jeune femme tourna subitement les talons et s'éloigna; en maugréant d'inaudibles paroles. La nuit vint, mais elle ne put trouver le sommeil. Mille questions tourmentaient son esprit. Pour qui se prenait-il celui là! Elle ne comprenait pas. Peut-être préférait-il les garçons?

La nuit passa, et au petit matin elle s'endormit épuisée. Lorsque qu'elle se réveilla, le soleil était déjà haut dans le ciel. La première idée qui lui vint à l'esprit, fut de chercher le moyen de faire succomber le jeune homme à ses avances. Elle mit ses plus beaux habits, ses plus beaux bijoux, et dans son cou et sur ses cheveux; un parfum ayant un pouvoir aphrodisiaque.
-Si il n'a pas été attiré par mon physique, sans doute le sera t-il par l'odeur irrésistible de ce parfum; se dit elle. Puis, elle se mit en quête de tanis. Elle le trouva enfin, et s'approcha de lui sans faire de bruit.
-Quel est cette senteur, dont je ne distingue aucune essence?
-Bonjour tanis. (Elle parlait mielleusement).
Elle était encore plus belle que d'habitude, et sa tunique transparente; dissimulait à peine son corps parfait.
-Bonjour sena. Que fais-tu ici?
-Et bien, je voulais m'excuser pour hier.
-t'excuser de quoi?
-D'être partie aussi rapidement. Elle s'approcha encore un peu, et vint s'asseoir très près de tanis. Sa respiration était profonde, et à chaque inspiration, sa généreuse poitrine se soulevait, laissant apparaître deux petites pointes; qui émergeaient de sa magnifique tunique brodée d'or. Mais tanis ne réagissait pas. C'est alors qu'elle dévoila ses jambes, mais hélas! Sans succès. Et déjà l'inaccessible jeune homme , était sur son départ.
-Où vas-tu tanis?
-Je dois partir, car je dois traire mes brebis.
-Tes brebis sont-elles plus importantes que moi?
-Certainement! Elles, elles me font vivre; tandis que toi non! Tu n'es qu'une illusion, qu'une image éphémère, qu'un frêle papillon volant vers le soleil, finissant à la fin par se brûler les ailes! À quoi ressembleras-tu dans cinquante ans? T'es-tu déjà posé la question? Lorsque ta jeunesse burinée par le temps, aura été remplacée par la vieillesse, qui aura creusé sur ton corps; de larges sillons! Que ta peau se sera flétrie! Comme une écorce d'orange, restée trop longtemps aux abords d'ardentes flammes d'un feu. Tandis que mes brebis et mes moutons, eux oui! Leur engeance se perpétuera, si on lui apporte des soins attentifs. Cena n'en croyait pas ses oreilles. Elle qui n'avait jamais connu l'échec, voilà qu'un simple berger la repoussait! Elle, la plus belle femme de tout le pays, et peut-être; du monde entier!

Elle décida d'aller plus avant, et pour attiser le désir de tanis, elle se pencha devant lui; pour cueillir une fleur. Mais celui-ci s'éloignait déjà, la laissant seule; dans sa singulière posture. C'est alors que sena sentit dans sa poitrine, son coeur battre de plus en plus fort. Soudain elle se retourna violemment et cria.
-Je t'aime tanis! Puis, elle fondit en larmes. Tanis rebroussa chemin, et s'approcha de sena. Il lui prit la main, et lui dit d'une voix très douce.
-Si tu m'aimes vraiment, suis moi! Ils partirent ensemble, après s'être longuement embrassés. Ils vécurent heureux; et eurent de nombreux enfants.


Éric Malpas.©
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13144
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: La beauté du diable.   Mer 26 Mar - 20:22

Éric

c'est vraiment intéressant comme tous les contes de fées...
Puis-je publier ce texte dans mon bulletin Je t'aime ?

Bisous, comment vas-tu ?

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
La beauté du diable.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ô Mon Amour,
» Michel Simon (1895-1975)
» La Beauté du Diable
» [Oh! éditions] La beauté du mal de Rebecca James
» La mode, la beauté à travers les âges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: