Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kesaco ~ Jean-Louis Dalès par Maryvonne Griat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Kesaco ~ Jean-Louis Dalès par Maryvonne Griat   Lun 17 Mar - 15:02



http://pages.videotron.com/abeille1/


Kesaco ~ Jean-Louis Dalès

Fils d’instituteur devenu ensuite directeur d’école (1911-1984) et d’une maman sans profession, elle aura 86 ans en 2008, Jean-Louis Dalès est né le 5 août 1948 à Mont-de-Marsan « capitale » du département Français des Landes. Il a trois sœurs. Il demeure dans sa ville natale jusqu’à l’obtention du Baccalauréat (section littéraire). Après une brève incursion à l’université de Bordeaux (section allemand) il s’oriente, par hasard, vers la carrière administrative en 1974. Il exerce encore cette profession comme fonctionnaire territorial (commune) et, à ce jour, il est en cessation progressive d’activités; il travaille chaque jour de 8 heures 30 à 12 heures, ce qui lui laisse le loisir d’écrire, de faire du théâtre et de présider une section d’association culturelle.

Jean-Louis Dalès est divorcé et père de deux garçons de 31 et 22 ans. Son fils aîné est encore avec lui et il ne s’en plaint pas. Il a connu, quant à lui, une enfance sans problème, normale, si ce n’est qu’il a fait l’expérience particulière d’avoir un « périmètre » (Père et maître). Depuis 1978, il habite à Tarnos, cité côtière (océan Atlantique) à quelques encablures de Bayonne et du Pays Basque de 11 000 habitants environ. Située dans les Landes, entre l’eau salée et le sable, les contreforts verdoyants et vallonnés des Pyrénées atlantiques, Tarnos est en expansion depuis une vingtaine d’années. Comme beaucoup de villes et villages français, elle recèle des monuments historiques, dont certains remontent au X11e siècle, telle l’église Saint Vincent Diacre de Tarnos qui accueillit plus tard les pèlerins qui allaient en grand nombre à Saint-Jacques-de- Compostelle. Tarnos a connu une industrie prospère quand, avec l’arrivée du chemin de fer, s’est construit un complexe sidérurgique unique dans le sud-ouest de la France Les Forges qui employa jusqu’à 2000 personnes.

Parmi ses poètes ou auteurs préférés, Jean-Louis Dalès cite, entre autres, Victor Hugo, Georges Brassens, Paco Ibañez, et les poètes classiques. Il apprécie indifféremment la ville et la campagne, selon les moments et le rêve… Une immense joie de vivre rayonne en et autour de lui et l’on se dit qu’un tel homme doit tout le temps aborder l’existence humaine de façon positive, mais, lucide, il rectifie : « Ça dépend des jours, comme beaucoup de gens ! » Pour Jean-Louis la vie vaut d’être vécue, même si elle est le plus souvent une lutte, tant que l’on se demande parfois ce que nous y faisons. Pourtant, grâce à des rencontres et échanges hors du commun avec des êtres inspirants, à la richesse des cœurs et de la nature, la vie est notre bien le plus précieux et peut-être notre seule certitude.

La passion des mots habite Jean-Louis Dalès depuis toujours : palpable. Le plaisir qu’il prend à les faire jongler entre eux pour enchanter ses lecteurs est une agréable évidence. Avec Victor Hugo, et sa première guitare, il découvre la musique alexandrine et comme l’ont fait bon nombre de jeunes artistes avant lui, il « parodie » Brassens. La musique et les mots l’ont doucement guidé vers une secrète poésie enfouie tout au fond de lui, sans doute depuis la nuit des temps, et que j’appelle la musique intérieure de chacun. Bienheureux ceux qui la découvrent ! L’avènement de l’internet et des forums a contribué à la « mise au monde » de ses œuvres qui dormaient dans les tiroirs, pour le ravissement des lecteurs.
« Si j’ai une prédilection pour les sonnets par exemple, dit-il, j’aime écrire de tout, mais il me faut une "musique", un rêve et la beauté de la langue française… »

Il préside une section de l’association intercommunale du coin « Planches et plume » qui regroupe un atelier d’écriture, « L’encrier », dont il fait partie et une troupe de théâtre, les « Souffleurs de Rêve », dont Jean-Louis est membre. Outre l’écriture et le « gratouillage » de sa guitare lorsqu’elle le démange, il fait du théâtre amateur depuis une douzaine d’années. Il y est venu sur le tard, suivant en cela les conseils souvent prodigués par les personnes qu’il a rencontrées tout au long de sa vie. On lui disait sans cesse : « Qu’est-ce que tu fiches, toi, dans un bureau ! » Il s’y éclate avec ses amis de la troupe dont il avoue qu’il ne pourrait plus se passer, surtout à l’aube de la retraite qu’il prendra en 2010. Il participe aussi à l’encadrement d’un atelier de théâtre pour les enfants et les ados, vous imaginez facilement que c’est un pur bonheur pour cet éternel passionné.

Le « combat » de Jean-Louis Dalès est celui du combat de la vie et de son amélioration. N’est-ce pas le plus appréciable et noble engagement de l’être humain ?

Sa citation préférée «C’est la face cachée de la lune de miel.» Georges Brassens.

Jean-Louis Dalès n’a pas de site mais vous pouvez lire ses poèmes sur le forum de Ginette Villeneuve, sous le pseudonyme Késaco. Ne vous en privez pas !







Chez Rosette
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
Kesaco ~ Jean-Louis Dalès par Maryvonne Griat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fetjaine, Jean-Louis] La trilogie des elfes
» [Fournier, Jean-Louis] Où on va, papa ?
» [Fournier, Jean-Louis] Il a jamais tué personne, mon papa
» [Debré, Jean-Louis] Meurtre à l'Assemblée
» [Fournier, Jean-Louis] Satané Dieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc.. :: Chroniques d'art-
Sauter vers: