Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 contes d'arts martiaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sierra117
Messsager
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : France,Alsace
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: contes d'arts martiaux   Mer 30 Jan - 13:42

les 3 fils du maître

Lors d'une discussion avec un ami, un maître de sabre lui proposa de lui présenter ses fils. Pour tester leurs capacités, il plaça un seau d'eau sur le dessus de la porte, pour piéger l'entrée.
Puis il convoqua l'aîné, qui prit conscience du danger, avant d'entrer. Il ouvrit la porte en reculant immédiatement, pour s'adapter à la situation.
"C'est mon fils aîné", expliqua le maître, "il se prépare pour la maîtrise". Puis il convoqua le suivant.
Le cadet, moins avancé que son frère, se fit surprendre en poussant la porte. Mais en esquivant, il eut largement le temps d'éviter le seau.
"Mon fils cadet est sur la bonne voie, mais il lui reste encore beaucoup à apprendre".
Le benjamin, quant à lui, ne vit que du feu : en ouvrant la porte, le seau le heurta de plein fouet, mais il eut le réflexe de dégainer son katana et d'exploser le seau avant qu'il ne touche le sol.
"Voici mon petit dernier : il n'en est qu'à ses débuts... mais il est encore très jeune".

Ce conte d'autrefois est une véritable leçon de modestie pour nous-autres, Occidentaux. Chez nous, on voit très rarement un pratiquant d'arts martiaux dépasser le stade du benjamin.

Extraits des "contes d'arts martiaux", Ed. Poche




le vieux chat


Autrefois, à l'époque du Japon féodal, le Shogun du moment était confronté à un gros problème : dans sa demeure, un rat particulièrement fort tenait tous les chats en échec ; aucun d'eux n'osait se frotter à lui.
Pour trouver une solution, le Seigneur de la Guerre envoya ses messagers dans les quatre coins du comté. Ainsi, il apprit que dans le village voisin vivait un vieux chat, exceptionnellement doué pour occire les rats, quelque soit leur gabarit.
Après les politesses d'usage, le tigre de salon fila tout droit devant la cheminée d'où il ne bougea plus. Dès le lendemain, le rat vint le narguer, en passant ostensiblement devant lui, en roulant des épaules. Le vieux chat daigna à peine ouvrir les yeux pour le regarder. L'autre, imbu de sa force et de son agilité, se rapprocha de plus en plus... toujours pas de réactions.
Avec le temps, le Shogun devint d'humeur maussade, car son tueur tant réputé se comportait davantage comme un squatter, nourri et logé de surcroît. Quand le rat passait devant le matou, il ne prêtait même plus attention à lui, tout occupé à organiser ses razzias.
Jusqu'au jour où le vieux chat le foudroya d'un coup de patte, un atémi en pleine poire suivi d'un coup de dents pour briser la nuque.
Quand le Shogun rentra chez lui, il vit le cadavre à l'entrée, et le vieux chat au coin du feu, comme à l'accoutumée... comme s'il ne s'était jamais rien passé.

Extraits des "contes d'arts martiaux" - Ed Poche




le laboureur et ses enfants


Au soir de sa vie, le vieux laboureur convoque ses enfants. Il leur confie sur son lit de mort que dans le champ sauvage, abandonné depuis l'aube des temps, est enfoui un trésor.
Le champ est aussi sauvage qu'immense, envahi de ronces et d'arbres sauvages.
"Il faut nous indiquer l'endroit exact" insistent ses enfants, mais le Vieux se contente de fermer les yeux en souriant narquoisement.
ils débroussaillent, retournent la terre dans tous les sens, en vain. Après des années de recherche, toujours rien...
"Autant semer du maïs, puisque le champ est défriché" se dirent-ils.
L'automne suivant, la grange devint trop petite pour stocker la récolte, le maïs du champ sauvage suffit à nourrir toute la région : voilà le trésor !
Changement de décor : le dojo. Les entraînements n'en finissent pas, ils deviennent de plus en plus longs, de plus en plus durs.
Les années passent, et toujours pas d'agression, même pas une petite ! Pourtant, dans cette terre aride et désolée, il y a un trésor...

Extraits de "mon PC" – Ed. perso




le coffre de Pandore


Un maître promit d'offrir une récompense à celui, parmi ses élèves, qui persévérera le plus. Le jour venu, il remit un coffre au plus persévérant, en sachant, bien sûr, que son élève ne pourra pas résister à la tentation de l'ouvrir, malgré ses avertissements.
Après avoir longuement admiré la finesse des ornements sculptés du coffre en bois, l'élève se décida à l'ouvrir.
A peine ouvert, il en sortit tous les malheurs : les courbatures des lendemains d'entraînement, les bleus et les foulures pour les maladroits, les heures perdues à poireauter dans les bouchons sur la route des stages, les crises conjugales de retour de stage, les nuits d'orage au fond d'une tente à Die et à Perpignan, le camping sauvage dans le Bois de Boulogne, et bien d'autres misères encore...
"eh ben, dis-donc, tu m'as arrangé la gueule avec ton coffre !" Le maître répondit : "tu as vu ce qui en est sorti, mais tu n'as pas regardé ce qui est resté".
L'élève y retourne : au fond du coffre restait… l'espérance.
Extraits de mon PC - Ed. perso



Coyote

Après la création du monde, le Bon Dieu prit la décision de faire une longue pause… Plus tard, il se décida de revenir sur terre pour fignoler son travail, en récompensant les espèces qui ont suivi la meilleure évolution.
Le représentant des hommes : Coyote, rallia lui aussi le point de rendez-vous, la veille au soir.
Mais comme il était encore trop tôt pour aller se coucher, il rejoignit le bar du coin pour boire un coup… d'autres coups suivirent.
Le lendemain, après une malencontreuse grasse matinée, il se remit en chemin, pour rentrer chez lui. Subitement, à la sortie d’un virage, il rencontre le Bon Dieu revenant du festival.
Coyote se confondit en excuses, pour tenter d’expliquer l’inavouable… pour s’entendre dire qu’il était très attendu, lui, le représentant des hommes, pour recevoir le premier prix. Depuis, les autres ont tout rafflé : la force du lion, la vitesse du chat, la souplesse du boa… il ne reste vraiment plus grand-chose.
"Donne-moi la persévérance", se souhaita Coyote, "une volonté inébranlable inclut tous les pouvoirs".
Extraits des mythologies amérindiennes
(adaptées pour les besoins de la cause)
Ed. Perso



la balle de foin

Un ronin (un Samouraï au chômage) travaillait comme ouvrier agricole, en attendant des temps meilleurs. En ce temps là, le RMI n'existait pas, pas plus que les ASSEDIC : il fallait travailler pour pouvoir manger.
Et quand on travaille pour un patron pauvre, le salaire est aussi maigre que le dîner. Quand il partit se coucher à l'étable, il grelottait de froid. Le paysan, quant à lui, était en proie aux remords. "Mon travailleur est nourri-logé, mais c'est vraiment pas folichon. D'autant plus que l'hiver est rude... je vais lui ramené une balle de foin pour qu'il ait un peu moins froid".
Quelques années plus tard, vint la guerre, et avec elle, le plein emploi. Après diverses actions d'éclat, le Samouraï agricole devint Samouraï-chef, puis, d'échelons en échelons : Shogun, un seigneur de la guerre.
Longtemps après, la vie le ramena dans la région où il a travaillé comme paysan, dans sa jeunesse. Il en profita pour rendre visite à son ancien patron.
Il fut surpris de constater à quel point le malheur s'est acharné sur lui : la femme malade, les enfants en guenilles, les assiettes quasi vides à l'heure de midi...
Le Shogun s'éclipsa pour revenir prestement à la tête d'un troupeau de vaches, des moutons et quelques chèvres. Il présenta son médecin attitré au paysan, pour qu'il soigne sa femme, puis il posa un gros sac d'or sur la table.
A la question de l'ex-patron complètement éberlué, il répondit : "avec ma fortune actuelle, le bétail et le sac d'or sont négligeables. Par contre, je n'ai jamais oublié la balle de foin que tu m'as apportée le soir où j'avais froid".

Moralité :
écrivez des articles pour le Petit Rapporteur
[le magazine du club Goshinkai de Morsbronn-les-bains]
la Vie vous le rendra... je l'espère, du moins.
"Extraits de mon PC, Editions persos"
Revenir en haut Aller en bas
http://Sierra117.pagesperso-orange.fr/
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: contes d'arts martiaux   Mer 30 Jan - 15:45

je te remercie beaucoup pour ce cadeau...

mon préféré est celui du vieux chat.

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Sierra117
Messsager
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : France,Alsace
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: réponse à Ginette   Jeu 31 Jan - 15:05

C'est gentil de ta part de le considérer comme un cadeau.

En donnant ta préférence au vieux chat, tu a choisi le conte le plus réaliste, bien que les chats ne soient pas toujours aussi discrets.

Je me souviens du jour où le mien est venu crâner avec sa souris, alors que je regardais la télé.
Je l'ai envoyé sur les roses, en lui disant que je veux voir mon film.
Deux jours plus tard : rebelote, le même scénario.
Le soir d'après, il est venu, sans dire un mot, pour me lâcher sa souris dans mes pieds.
Je me suis retrouvé en état de lévitation, à un mètre au-dessus du fauteuil !
A croire que mon chat apprécie lui-aussi les films d'horreur... surtout quand il peut être à la fois l'acteur principal et le metteur en scène.

Depuis ce jour-là, dès que je l'entends miauler (c'est un son très particulier, parce qu'il tient sa proie dans la gueule), je fonce dehors pour admirer son trophée.

Tout compte fait, je suis mieux loti avec mon poisson rouge.
Revenir en haut Aller en bas
http://Sierra117.pagesperso-orange.fr/
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: contes d'arts martiaux   Jeu 31 Jan - 18:18

oh ! que j'ai aimé lire ton histoire...
Cela m'est arrivé tellement souvent.
Ce son je le connais bien pourtant mais parfois j'oublie.

Jamais je n'ai accepté le cadeau.
Non, pas question, j'ai réussi à ne plus paniquer
quand mes chattes rentraient avec la bête morte
ou encore vivante dans la gueule pour me l'offrir comme présent
en oubliant de faire entendre ce son si familier...
Parfois aussi c'était pour l'offrir à leurs bébés.

Merci... Puis-je raconter ton histoire dans ma chronique, lorsque j'en ferai une sur les chats je l'utiliserais (avec une photo si tu en as).

Ginette
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Sierra117
Messsager
avatar

Nombre de messages : 21
Localisation : France,Alsace
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: réponse à Ginette   Ven 1 Fév - 12:58

oui, bien sûr, tu peux utiliser mes textes à ta guise.
C'est l'intérêt majeur d'un forum, après tout.
grosses bises

Le portrait d'Orca, l'artiste en question :


http://www.servimg.com/image_preview.php?i=11&u=11427731
Revenir en haut Aller en bas
http://Sierra117.pagesperso-orange.fr/
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: contes d'arts martiaux   Sam 2 Fév - 0:06

Très joli chat, j'ai eu une chatte qui lui ressemblait...
Elle se nommait Grace.
Je te tiens au courant pour la publication dans ma chronique.

En Alsace j'ai connu Strasbourg la magnifique.

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: contes d'arts martiaux   Lun 25 Fév - 23:49

Bonjour

C'est ce mardi le 26 février que sera publiée ton histoire...
Pour voir toutes les chroniques c'est ici :
http://planete.qc.ca/invitation/
Ensuite voir dans les archives :
Pour voir toutes les chroniques c'est ici :
http://planete.qc.ca/invitation/archive.html

Merci,

Ginette
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: contes d'arts martiaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
contes d'arts martiaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 50 films d'arts martiaux de tous les temps (Gros Dossier) en cours......
» La loi des arts martiaux aka Martial Law
» LE CHAMANISME et LES ARTS MARTIAUX
» les plus beau combat des arts martiaux du monde
» Rko vs Martial arts +comment faire les gif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: