Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mouloud Belabdi par Maryvonne Griat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13135
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Mouloud Belabdi par Maryvonne Griat   Lun 3 Déc - 13:14



http://pages.videotron.com/abeille1/


Poursuivant une ascèse, Mouloud Belabdi évite le plus possible d’évoquer l’âge afin de ne pas s’identifier au fameux complexe corps-mental mais, bon prince, il me révèle qu’il est venu en ce monde un soir d’automne, le 28 novembre 1952 à Alger. De cette ville de lumière et d’éclats de rire, comme toutes les villes de la Méditerranée, il garde l’image de l’Alger de son adolescence où il était entouré des personnes qu’il a aimées et qui ont marqué sa vie. Tous ceux qui ont, un jour, connu les villes éclaboussées de soleil et d’odeurs enivrantes de la Méditerranée, savent qu’elles détiennent cet indubitable pouvoir de nous marquer à tout jamais.

Journaliste de profession, Mouloud Belabdi pratique maintenant ce métier moins souvent. Son travail en communication dans un organisme gouvernemental et celui, privé, de l'écriture lui laissent peu de temps pour collaborer régulièrement aux journaux.

Après des études en communication et en sciences politiques, Mouloud Belabdi était dans un tronc commun (système qui permet aux étudiants de filières différentes de suivre en commun les mêmes cours, avant de se séparer en fonction de la spécialité choisie), il s’oriente vers le journalisme. Tout en collaborant à divers journaux et magazines, il a travaillé à la radio. Ce fut une expérience des plus valorisantes pour lui, tant à Radio Alger qu’à Radio Canada International. Avec un troisième cycle universitaire, il envisageait d’enseigner pendant quelque temps. Mais en dehors du stage pédagogique auquel il s’était astreint – cela a duré une année —, il n’avait plus guère le temps de s’y consacrer. Il a aussi participé à la réalisation de films documentaires, dont il rédigeait et lisait le commentaire.

Marié, il n’a pas d’enfants mais une foule de neveux et nièces. Son enfance se déroule dans une banlieue d’Alger, près de la mer. Très jeune, il devient un fervent lecteur. La tête remplie de rêves, le cinéma de l’époque contribue aussi à ses aspirations profondes, avec les fameux happy ends. Période de sa vie où tous les espoirs étaient encore permis!

Mouloud Belabdi habite la banlieue Est de Montréal, une banlieue tranquille où la proximité du St-Laurent le rassure. En effet, une ville sans mer, sans fleuve ou sans océan, l’angoisse. La présence de l’élément eau lui est bénéfique sur tous les plans, il y voit une ouverture. Il lui plait de vivre ni loin de la ville, ni trop éloignée de la campagne où il improvise parfois de petites escapades.

Les écrivains arrivent bons premiers parmi les gens qui furent pour lui, avec les enseignants, ses premiers maîtres. Citons l’auteur (et journaliste) Albert Camus, Nikos Kazantzakis et bien d’autres encore. Certains chanteurs l’accompagnent depuis des années, tels Leonard Cohen et la regrettée Mélina Mercouri. Il affectionne l’écrivain québécois Louis Gauthier, dont il a énormément apprécié Voyage en Irlande avec un parapluie et Voyage au Portugal avec un allemand. « Je peux me tromper, dit-il, mais ces auteurs et interprètes me ressemblent beaucoup. Peut-être parce qu’ils sont, eux aussi, à leur manière, des voyageurs. »

Ni positive ni négative, la nature de Mouloud Belabdi est avant tout celle d’un voyageur observateur. Cela ne l’empêche toutefois pas de participer avec passion à la célébration de la Vie. Il ne cache pas que le pessimisme l’envahit parfois. Un exemple parmi d’autres et qui a son importance, l’avenir du monde lui semble inquiétant pour les cinq prochaines années et… incertain parce que l’aventure humaine est sérieusement menacée.

À la question : « Que pensez-vous de la vie en général ? » Mouloud Belabdi répond : « Vous connaissez certainement la phrase de Shakespeare : trop de bruit et de fureur et qui ne veut rien dire. Personne n’a demandé à naître. L’impulsion vient d’ailleurs. Nous croyons vivre et nous croyons en notre volonté personnelle. Et si nous étions en fin de compte vécus? La question se pose. » Et cette question est loin d’être négligeable, alors qu’il est de plus en plus courant d’entendre parler du libre arbitre de chacun! Il est permis et peut-être souhaitable d’en douter…

Auteur de trois recueils de poésie publiés, le premier en Algérie Mandala et les deux autres au Québec : Intensément la vie et Chant de la douleur et de l’espérance algériennes. Deux romans et une biographie sont en ce moment en cours d’écriture, mais comme la gestation n’est pas terminée, Mouloud Belabdi ne m’en dira pas plus. Une pudeur que tous les écrivains et auteurs comprendront aisément.

La lecture, l’écriture, le cinéma et, bien entendu, les voyages constituent ses violons d’Ingres préférés. Ajoutez à cela le suivi de l’actualité, grâce à Internet Mouloud Belabdi a l’occasion de lire les grands journaux du monde. On comprend que cet intérêt lui vient bien sûr de sa formation de journaliste, puisqu’il ne peut rester une seule journée sans s’informer de ce qui se déroule sur notre petite planète, et ce qui arrive à ses habitants. « Il est loin le temps où à l’université on croyait aux lendemains qui chantent. La vie nous change », dit-il avec nostalgie. Mais le cheminement tout à fait personnel qu’il poursuit le conduit vers une nouvelle lumière et d’autres rires, tout aussi riches et exaltants.


Sa citation préférée :

Une citation de Nietzsche qu'il a admiré durant son adolescence : que ton travail soit une lutte, que ta paix soit une victoire. « Aujourd'hui, en relation avec mon cheminement spirituel, la Baghavad Gita est devenu mon livre de chevet. Et ça rappelle étrangement l’époque que nous traversons avec ses épreuves et ses espérances. »

Son site :
http://site.voila.fr/mouloud.belabdi/

Son blogue :
http://chroniquesdemontreal.blogspot.com/


_________________
...

[img][/img]
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
ou ici :
http://ginette-villeneuve.qc.ca/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
Mouloud Belabdi par Maryvonne Griat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» METAL MELODIE de Maryvonne Rippert
» [Feraoun, Mouloud] La Terre et le Sang
» BLUE CERISES (Saison 2) RODE MOVIE de Sigrid Baffert, Jean-Michel Payet, Cécile Roumigiuère et Maryvonne Rippert
» Bouton-lien : Pas à pas spécial, Maryvonne
» le maryvonne (dundee de camaret)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc.. :: Chroniques d'art-
Sauter vers: