Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La gardienne du feu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Liénard Jean
Nouveau


Nombre de messages : 8
Age : 75
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 05/04/2007

MessageSujet: La gardienne du feu.   Mer 13 Juin - 15:30

Elle était levée la première. Quelques coups de tisonnier, quelques tentatives pour ranimer un feu qu’elle avait laissé mourant la veille avant d’aller se coucher. Une réanimation pour raviver et continuer le feu de la veille qu’elle allait entretenir toute la journée. L’eau chauffe, la pièce se radoucit, une légère odeur de café commence à répandre la maison. Le déjeuner sera bientôt prêt et la vie et ses bruits rempliront l’espace. Le départ du père pour le travail, le lever des enfants qui partiront à l’école après deux tartines beurrées et du café... C’est comme ça que la femme a été, sans le savoir, la gardienne du feu pendant près de 2.000 ans. Entre les repas, ce feu servait, suivant un rite propre à chaque demeure, à faire bouillir l’eau d’une lessive que l’on se plaisait à appeler «la buée» (prononcée «bwée» en picard). A nettoyer la maison pour le dimanche, «le samedi». A repasser le linge qui pendait à sécher sur les fils ou étendu sur le pré, les fers sont au feu. A torréfier le café acheté vert, en balles. Et ce feu s’entretenait de cette façon dans une polyvalence qui fit de la femme une femme au foyer... Et c’est cette vie, cette organisation, qui rendait la maison habitée de ces anciens dieux que l’on appelait les pénates. Rejoindre ses pénates, rentrer dans ses foyers, là où la femme - gardienne du feu - a crée et laissé une trace, une âme. L’âme de ses enfants qu’elle y a mis au monde, qu’elle y a élevés, qu’elle y a éduqués, c’est-à-dire «à sortir» (conduire dehors) pour mieux y retrouver ses petits enfants et les choyer comme on cire une paire de chaussures pour qu’elles brillent, qu’elles sentent bon et parce que c’est dedans que l’ont tient bien debout.

Et c’est devenu sa maison. Parce qu’elle y a construit son nid, parce que l’homme la quittait pour le travail et y revenait pour le repos tandis qu’elle, elle y restait pour le travail et y assurer le repos des siens. Parfois un grillon s’installait entre le poêle et la cheminée, «le grillon du foyer» et c’était le bonheur.

En 1988, j’ai rencontré, dans l’Aude, un vieux monsieur de 92 ans, ancien professeur de littérature à Carcassonne, mon voisin de vacance. Il me fascinait. Il était né au siècle passé... Il avait tout connu du progrès dès ses premiers balbutiements. La première voiture, le premier avion, le premier train, le premier téléphone. On venait de marcher sur la lune, le Concorde volait Mach II, la télévision n’avait même pas été envisagée et les voitures avec leurs freins à disques et direction assistée n’étaient même plus reconnaissables par la particularité du chant de leur échappement. Lui avait tout connu depuis le début et une question me brûlait les lèvres. Ses petits yeux délavés, légèrement rieurs, derrière ses lunettes qui nous regardaient comme si nous étions une image dernière, me retenaient de la poser. Cette fameuse question. Elle me semblait si naïve, si simpliste, presque idiote. Dans toute cette vie, vous avez connu tout dès le début jusqu’à maintenant. Quelle est la chose, l’événement, car il avait aussi traversé les deux guerres, qui vous a semblé le plus important ?

Calmement, le regard flottant au-dessus de ma tête, sa main droite revint rejoindre la gauche qui s’appuyait sur sa canne. Il s’adossa au dossier du fauteuil. Rien ne m’a vraiment étonné car tout ne fut qu’évolution et dans le progrès et dans l’histoire. On pouvait s’attendre à tout car tout évoluait. En revanche, nous avons tous vécu une révolution qui changera le cours de toute l’histoire sociale. Cette révolution est… le gaz en bouteille...

Avoir tout parcouru pour me sortir çà ! Je scrutais son regard, son visage pour savoir si cette blague permettait de clore une discussion qui lui aurait permis d’affronter une autre sieste et il me dit : pour la première fois depuis deux mille ans, la femme a été libérée de son rôle de «gardienne du feu». Il est vrai que depuis lors, beaucoup de choses ont changé mais la femme a gardé dans ses gênes, son instinct, sa nature tout ce qui a fait que ce sera elle qui fera d’une maison, sa maison, avec son âme, ses parfums, son organisation. J’en ai rencontrées qui, prenant une cigarette du paquet, libérées et travaillant à l’extérieur grâce au temps gagné, m’ont demandé : Avez-vous du feu ? ...

Cette première bouteille de gaz, du feu en boîte, apparut juste après la dernière guerre. Depuis lors, l’électricité a inventé autre chose, et encore autre chose, le micro-onde, la vitro-céramique, le froid, la chaîne du froid et que sais-je ?... Si ce n’est que la femme ayant oublié le feu sera toujours la maîtresse du foyer. La seule sur qui l’on puisse vraiment compter. Car, si ce sont les gens qui font les maisons, ce sont les femmes qui les préservent.

Jean.
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13147
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: La gardienne du feu.   Jeu 14 Juin - 23:34

Hello

Le début de cette histoire se retrouve dans ma chronique de demain et j'ai mis un lien si on veut lire la suite.

-:¦Bad ¸¸.·´¯`·.¸¸.·´Chronique de Gi
http://planete.qc.ca/invitation/

voir dans les archives ensuite.


Merci c'est super beau.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
poesie
100 messages


Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: La gardienne du feu   Dim 17 Juin - 15:30

J'ai envie de dire "sujet surprenant" mais tellement réaliste.
C'est un récit qui outre son enseignement quant à l'évolution des choses met en exergue la place de la femme au foyer.J'ai trouvé ton texte à la fois intéressant et touchant.
Je me fais aussi l'interprète de toutes les femmes qui te liront pour te remercier d'avoir mis en avant le rôle de la femme.
Je suis très fière de toi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La gardienne du feu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La gardienne du feu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CLIO KELLY ET L'EVEIL DE LA GARDIENNE d'Angélique Ferreira
» Scrap sur toile que je remettrai à la gardienne de ma fille!
» Thorgal T17- La Gardienne des Cles - Rosinki et Van Hamme
» La gardienne du marais
» Quelle est votre mini-fée gardienne du codex préférée ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: