Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Waldemar le viking.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
poète
100 messages
avatar

Nombre de messages : 155
Age : 55
Localisation : Perpignan (France).
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Waldemar le viking.   Dim 25 Mar - 13:08

Dans un petit village viking il y a de nombreux siècles, vivait Waldemar. Doté d'une force herculéenne, rien ni personne ne lui faisait peur. Un jour qu'il sommeillait sous un chêne, il eut une vision. Une belle déesse apparut et lui dit: Waldemar, une menace pèse sur ton village. Un peuple hostile va venir, pour prendre vos terres et massacrer toute votre communauté! Tu dois empêcher cela! Puis la déesse disparut. Lorsqu'il se réveilla, le soleil descendait sur l'horizon et la nuit commençait à tomber. Waldemar alla voir le chef du village, et lui fit part de son inquiétude.
-Es-tu certain waldemar qu'une déesse t'es apparue?
-Oui Thorlak! j'en suis certain!
-Je vais envoyer quatre de nos meilleurs guerriers en reconnaissance, pour voir si cette menace se précise, et nous allons mettre tous nos drakars au fond de la baie; bien à l'abris des regards. Plusieurs jours passèrent, et un beau matin à l'aube, un des quatre guerriers revint au village. À peine arrivé, il se précipita chez Thorlak.
-Je te salue, ô grand chef!
-Parle Otvard! qu'as-tu vu?
-J'ai vu de nombreuses nefs inconnues de notre peuple, et une multitude de boucliers; qui brillaient au soleil. Des centaines d'hommes, des milliers peut-être; arrivent sur nos côtes!
-Où sont les autres?
-Ils surveillent leur progression! Thorlak se mit soudain en colère.
-Que nous veut ce peuple? et que fait-il dans nos eaux!
Sa barbe tremblait, ses yeux étaient exorbités, et il allait et venait dans sa hutte de bois, dont le plancher craquait sous ses lourds pas. Ainsi, la prédiction de la déesse se réalisait.
-Par Odin! armons-nous, et repoussons l'envahisseur!
Viens avec moi Otvard, nous allons prévenir Waldemar. Lorsqu'ils arrivèrent chez Waldemar, celui-ci se lissait la barbe et fredonnait une chanson. L'heure n'est pas à la chansonnette! s'écria Thorlak.
-C'est toi Thorlak? tu es en colère! tu as des soucis?
-Des soucis! des soucis, hélas! c'est bien pire!
-Explique-toi, que se passe t'il? Otvard prit la parole.
-Ce qu'il se passe waldemar! c'est qu'un peuple arrive par la mer, et d'ici au coucher du soleil; il sera dans nos murs!
Waldemar cessa d'un seul coup de lisser sa barbe, et il se leva.
-Conduis-moi Otvard! nous allons savoir si ce peuple nous cherche querelle, ou bien si il est venu jusque ici pour d'autres desseins. Toi Thorlak, rassemble les femmes et les enfants, et va les cacher dans la grotte du diable. En route! Otvard, allons!
Ils marchèrent deux heures, puis arrivèrent proche de l'océan. Les nefs avaient disparu, et tout était calme. Lorsque les trois autres guerriers les aperçurent, ils vinrent à leur rencontre.
-Nous te saluons Waldemar.
-Je vous salue aussi: Ulv, Amalrik et Othin.
Otvard surpris par la disparition des nefs, questionna Amalrik et Othin, qui répondirent que celles-ci avaient emprunté l'étroit passage de la baie, et qu'elles étaient sûrement déjà très proches du village. Pressons! dit d'une voix forte waldemar, il faut regagner le village rapidement. Lorsqu'ils arrivèrent enfin, celui-ci était occupé par un nombre impressionnant d'hommes, qui n'avaient pas l'air aimable. Waldemar s'approcha de ces inconnus, sans crainte, d'un pas sûr et sans sourcillier. Arrivé à leur hauteur, il dit: Qui est votre chef? je veux lui parler. Un long silence s'ensuivit, puis la foule s'écarta pour laisser passer un homme au visage rude.
-C'est moi le chef! et toi, qui es-tu?
-Je suis Waldemar! que voulez-vous?
Il avait les deux poings sur les hanches, et son gabarit impressionna l'assemblée. On chuchotait, et on regardait cet homme qui devait mesurer deux mètres cinquante!
C'est un géant! et quels bras! on dirait des troncs d'arbres!
Waldemar s'avança vers le chef, et lui dit en ces termes: Si tu es venu en ami, sois le bienvenu, mais si tu es venu en ennemi; que la foudre s'abatte sur toi! À ces mots tous les hommes reculèrent d'un pas. Le chef qui était rusé répondit: Je veux ta terre, mais si tu réponds à deux énigmes, je partirai sur le champ!
Waldemar sentant le piège, répondit à son tour. Je ne suis pas assez intelligent pour les résoudre. Par contre, si tu es d'accord et pour éviter un carnage, je te propose des épreuves de force. Le chef réfléchit un instant, puis accepta la proposition de Waldemar.
-Très bien, quelles sont ces épreuves?
-La première épreuve consiste à soulever un cheval! la deuxième, à arracher un arbre, et la troisième; à arrêter un boeuf en marche!
Le chef agacé, répondit à Waldemar.
-Ces épreuves sont irréalisables! seuls les Dieux, sont capables de tels exploits!
-Moi Waldemar, je suis capable de les réaliser tous! mais je te laisse un avantage. Pour chaque épreuve, tu peux choisir vingt de tes hommes les plus forts.
-J'accepte! mais si tu perds, tu seras mon prisonnier, et ton peuple se soumettra à mon autorité!
-D'accord! mais si je gagne, vous repartirez d'où vous êtes venus, avec seulement cinq navires sur vingt, et tu devras payer une rançon de cent mille pièces d'or!
-J'accepte! Ils conclurent le marché en se serrant la main, tandis que la foule ricanait sournoisement. La première épreuve commença. On fit venir un cheval, qui fut soulevé sans que celui-ci n'offrit aucune résistance. Le chef se frotta les mains, et savourait déjà sa victoire. Se fut le tour de la deuxième épreuve. L'arbre fut déraciné très facilement. Enfin, la troisième épreuve arriva, mais il n'y avait pas de boeuf!
Seuls, quelques moutons broutaient l'herbe grasse d'un pré. Ayant compris que Waldemar l'avait dupé, le chef rentra dans une colère noire, et donna l'ordre à ses guerriers de s'emparer de Waldemar et ses compagnons.
Waldemar n'eut aucune difficulté à maîtriser tous les hommes, et il sortit vainqueur du combat. Il prit alors sa corne de Yacht, et y souffla dedans.
Un long son grave en jaillit, et de minuscules tâches sombres commençèrent à dévaler la pente abrupte de la montagne. C'était son peuple qui descendait vers ce village, si vaillament défendu. Dans le ciel, les premières étoiles scintillaient, l'air était parfumé; et Waldemar était heureux!
La rançon fut payée, et l'on n'entendit plus parler de ce peuple qui était un jour arrivé par la mer, et qui avait dû regagner sa lointaine contrée par la terre.


Malpas éric.
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13145
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: Waldemar le viking.   Lun 26 Mar - 14:33

Très intéressant conte qu'on lit d'un trait.

Merci,

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
poète
100 messages
avatar

Nombre de messages : 155
Age : 55
Localisation : Perpignan (France).
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Merci à toi ginette.   Mer 28 Mar - 7:48

Merci à toi ginette d'avoir pris la peine de me lire. bisettes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Waldemar le viking.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Waldemar le viking.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] Plus de conection Internet avec mobile viking
» Mercenaire Viking
» Berseker (Viking culture by Mel Gibson)
» Viking Warrior
» Vicky The Viking - Limited Gift Set

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: