Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Xénorium...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal9
100 messages
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 57
Localisation : Flandre
Date d'inscription : 20/12/2004

MessageSujet: Xénorium...   Lun 27 Nov - 12:09

Xénorium.

Je regarde les grillages au-delà de la lucarne et je pense aux années pendant
lesquelles ils ont subsisté, aux nombreuses saisons où ils se sont modifiés, pleins de haine, aux innombrables cycles où ils sont apparus comme meurtriers, et aux nombreuses traques, comme cet été-ci, où ils sont devenus monstrueux et calculateurs et complètement…
… Organisés, méthodiques.
De l’autre côté de la vallée pétrifiée, je contemple la ville et garde en mémoire l’époque où elle était encore animée d’une petite activité, où quelques familles clairsemées de survivants s’y cachaient à l’année, où son eau était potable, où ses barrières défensives étaient encore activées, où tonnait le canon foudre du rassemblement, où dômes et sas d’acier la protégeaient tel un îlot minuscule d’humanité.
Aujourd’hui la vallée est silencieuse, glacée, comme les cavernes du nord, et hostile, investie, comme les plateaux, là-bas, vers l’horizon. Et redoutée l’obscurité, mise à part un seul abri que quelque illuminé garde constamment éclairé pour s’efforcer de croire à la survie de notre espèce. Plus loin, vers la côte, se trouve un sanctuaire ORGANIPLAST et il y a des médicaments, des meubles, des maisons avec des toits, encore habitables, mais il est tabou lui aussi. L’atmosphère est empoisonnée, même encore après tous ces siècles passés, et les points d’eau sont infectés par Xénorium, là où les rivières coulaient en toute quiétude… EUX… S’y désaltèrent sans soucis…
Seul le vieux Siméon a survécu dans le centre technogénétique… Bien entendu, ils ne vont pas tarder à l’avoir, lui aussi… Ils finissent toujours par gagner… Le vieux Siméon m’a raconté qu’avant Xénorium, il y avait un dieu et qu’EUX représentaient le symbole de l’innocence et de la pureté… Comment croire une chose pareille ?
- Pourquoi, ne m’accompagnerais-tu pas, dans mon voyage vers l’ouest ? Il existe peut-être encore des terres pures ? Tu pourrais rester avec moi et m’aider… Je ne suis plus si jeune et mon cycle va se terminer rapidement… Pourquoi pas, là-bas cela ne peut-être pire qu’ici…
Je n’ai dit ni oui, ni non, je lui aie dit que je réfléchirais, mais je ne partirai pas. Il n’est pas bon de se trouver à découvert depuis le début de la belle saison… Certaines rumeurs sont arrivées jusqu’ici. Certains disent, qu’ils ont acquis davantage de force, de vélocité et d’intelligence… Pourquoi cette horreur est-elle arrivée ?
Je regarde les grillages cette nuit, je contemple la vallée, et je me rappelle des légendes que me racontait ma mère, des histoires qu’elle disait avoir contemplées dans une salle obscure sur une toile tendue… Quelle imagination, pouvait-elle avoir cette femme si fragile ? C’étaient des histoires merveilleuses, avant les méthodes de procréation ORGANIPLAST prônées par le Gouvernement Central, avant le chaos… Des histoires où ils existaient, mais sous une forme différente… Une forme incompréhensible… Fragile… Angélique… Combien de temps allions-nous encore exister ? Nous n’étions plus nombreux… Et les femmes se faisaient rares… Un jour Siméon m’a emmené dans un centre du manipulations technogénétiques .
- Nous allons rester le moins de temps possible, ajuste ce vieux masque… Je ne sais pourquoi, mais je suis immunisé aux poisons…. N’approchons pas trop près, ils peuvent être très dangereux, même à peine sortis de la couveuse… Les machines ne s’arrêtent jamais, nul ne sait pourquoi, de toute façon, nul ne vit assez longtemps pour le raconter… Je suis peut-être le seul…
Un jour, j’ai vu l’un d’EUX…
Il était accroupi à la lisière d’un point d’eau et il lapait à grands bruits le liquide infecté. J’étais sidéré et je me gardais de faire le moindre bruit… Heureusement, nous étions à contre vent, mais malgré toutes nos précautions on le sentait en alerte, aux aguets… Ses muscles puissants et déliés s’agitaient et ondulaient en permanence… Il était doté d’une mâchoire formidable, le résultat d’une évolution entre le requin et le tigre…
- Combien de dents ?
- Difficile à dire, on n’a pas retrouvé de cadavres, peut-être deux ou trois cent, à la manière des brochets… Tu sais ces poissons qui avaient les dents inclinées vers l’arrière…
- D’où viennent-ils ?
- De la couveuse, elle semble dotée du mouvement perpétuel, on ne connaît pas la source d’énergie qui la fait fonctionner… Il en existe certainement d’autres dans le monde… Mais où ? Personne n’est venu le vérifier…
- Mais pourquoi ?
- Tu sais que mon père m’a fait le don unique de m’apprendre à lire, j’ai pu consulter de très vieux ouvrages… Dans les dernières années du vingtième siècle, les hommes ont progressé dans la connaissance génétique de façon fulgurante… Ces connaissances ont abouti à des tentatives d’amélioration de la race humaine… Après la grande conflagration de 2027, la plupart des femmes ont souffert de graves problèmes de fécondité. Le Gouvernement Central a créé ORGANIPLAST, le centre où tout était possible… La découverte de Xénorium, une synthèse effarante a décuplé les recherches, et tout s’est emballé… Les premiers spécimens n’étaient pas viables très longtemps… Mais année après année, la formule s’est consolidée, pour arriver à ça… EUX…
À cet instant, la « créature » s’est retournée vers le rocher où nous étions, et j’ai pu voir ses yeux… Une inhumanité totale… Définitive…
Et je voulus crier mon dégoût et ma terreur, mais Siméon me maintenait au sol le plus vigoureusement possible… Enfin dans un rot puissant, la « créature » s’éloigna…
- Tu comprends maintenant ?

Aujourd’hui, c’est l’automne, contre toute attente, nous avons survécu à l’été et aux grandes traques. Siméon m’a finalement convaincu de partir vers l’ouest, je ne sais pas si nous y parviendrons, mais dans la situation où nous sommes, est-ce que cela a véritablement de l’importance ? Un jour de plus en vie est une victoire…
Quelque part, là-bas au loin, je suppose vers la côte du Pacifique, enfin ce qu’il en reste… Des hommes ont peut-être survécu ? L’eau n’est peut-être pas infectée partout ?
Après des jours et des jours de marche, nous sommes arrivés dans un pays chaud et malsain, des myriades d’insectes écarlates nous harcèlent pendant notre sommeil. Eux… Sont silencieux mais bien présents. Par précaution, nous marchons la nuit afin d’éviter de les rencontrer, leurs bandes semblent plus petites et plus disséminées sous ces latitudes, mais ils existent bel et bien…
Le matin rosissait à l’horizon et nous étions harassés de notre périple, Simon semblait diminuer de jour en jour, l’angoisse, le manque de nourriture le minait, très rapidement. Nous étions en vue des ruines d’une ville étrange, les murs encore debout étaient d’une facture grotesque et les collines environnantes semblaient fabriquées par des machines…
- Où sommes-nous ? Siméon… C’est un lieu étrange…
- J’ai vu ça, quelque part, dans un ancien almanach, c’est, enfin c’était ce qu’on appelait un parc d’attractions… Il en existait pas mal de part le monde…
- Mais ? Cela servait à quoi ? Une ville artificielle….
- Alors là… Je n’en sais absolument rien…
Les deux hommes, en quête d’un abri provisoire, s’approchèrent de ce qui ressemblait à une caverne des montagnes, mais celle-ci bien que très ancienne semblait complètement fictive… Bien qu’étonnés, les deux voyageurs décidèrent de s’y installer pour passer un moment à sec et à l’écart du danger.
- Quel étrange monde… Beaucoup de choses me sont indéchiffrables
- La seule chose à retenir, mon garçon, c’est de rester en vie, le reste importe peu…
- Nous sommes encore loin de notre but ?
- Peut-être… Qui sait ? Nous ne savons pas exactement où nous allons… Tant que nous marchons, il nous reste un espoir de survie…
Le Pacifique… Je gagnerai la côte, il doit rester des endroits praticables, du haut d’une falaise de pierres brutes, je respirerai l’air du large à grandes goulées… Je sentirai la chaleur du soleil sur mes os…. Peut-être qu’avec un radeau… Nous pourrons prendre la mer, échapper à toute cette horreur…
L’aurore fit son apparition à l’entrée de la grotte de plastique où les deux voyageurs s’étaient lovés… Le soleil allumait les parois de couleurs malsaines, vieilles blessures mal guéries… Il y eut un cri bref, comme un jappement… Suivi de dizaines et de dizaines de hurlements stridents, vagissements inhumains et monstrueux… Siméon ouvrit un œil hagard…
- Je crois qu’ils nous ont sentis… La meute est à la porte… Viens petit, nous allons tenter une sortie…
La horde était là… Leurs yeux noirs, sans iris, étincelaient d’un éclat surhumain, l’évolution avait emprunté cette fois un chemin escarpé, tordu, diabolique. Leur taille était réduite, la taille d’un jeune chimpanzé peut-être ? Mais leur musculature impossible rendait leur silhouette parfaitement grotesque… Le plus étonnant était cette mâchoire d’enfer qui descendait très bas… Une salive rosâtre coulait continuellement de leurs babines retroussées… Jérôme Bosch, le peintre flamand, disparu depuis des millénaires, n’aurait pu imaginer d’êtres plus grotesques et plus malfaisants…
Siméon eut un regard vers son compagnon… Son regard clair était d’une grande douceur… Il eut un bref sourire…
- Pourquoi ris-tu Siméon ?
- Oh, tout simplement, je pense à une phrase dite, il y a très longtemps, par un homme qui se faisait appeler Messie…
- Quels sont ces mots ?
-Laissez venir à moi les petits enfants…
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13144
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: Xénorium...   Lun 27 Nov - 14:07

Ravie de ton retour...

koa

Gi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
Xénorium...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Poésie & Littérature :: Textes en prose, contes, nouvelles, essais, etc..-
Sauter vers: