Mots d'art & Scénarios

Poésie, littérature, pensées,
scripts d'art,
oeuvres de Ginette Villeneuve
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Schopenhauer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emilie
100 messages
avatar

Nombre de messages : 455
Localisation : France
Date d'inscription : 26/12/2004

MessageSujet: Schopenhauer   Sam 19 Mar - 10:22

De 1788 à 1805: les années d'apprentissage et de voyage.
1788: Arthur naît le 22 février à Dantzig du mariage de raison entre Heinrich Floris Schopenhauer, négociant en gros et de sa femme Johanna, née Trosiener. Son père, homme libéral aux idées cosmopolites, jouit d’une haute réputation dans la ville. Il est un lecteur de Rousseau, de Voltaire. Arthur, à la manière de Kierkegaard dira: "De mon père j’ai hérité cette maudite anxiété contre laquelle je me suis battu de toutes les forces de ma volonté". En effet, ce père était en proie à des périodes de violence et des phases de dépression suicidaire. Sa mère épouse Floris en 1785 (qui a le double de son âge) sans éprouver le moindre sentiment à son égard, Johanna sera une mère peu aimante et n'inspirera à Arthur que mépris et sarcasmes (nous y reviendrons). Tel est le couple dans lequel Arthur vît le jour, sa tâche sera d'harmoniser en lui, la forte volonté de son père et les indéniables qualités intellectuelles de sa mère.
1793: Peu avant l'annexion de Dantzig par la Prusse, la famille dont la devise était ("Point d'honneur sans liberté") s'installe à Hambourg, ville qui ne lui sera jamais familière. Les souvenirs de cette époque de sa vie n'inspireront à Arthur que des sentiments d'angoisse et de solitude, il écrit: "A six ans déjà, mes parents revenant d'une promenade me trouvèrent un soir dans le plus absolu désespoir parce que je me voyais abandonné d'eux pour toujours."
1797: Naissance d'Adèle Schopenhauer, sœur d'Arthur. Floris voulait que son fils apprenne à lire "dans le grand livre du monde" et lui a donné ce prénom parce qu'il est le même dans toutes les langues européennes. En juillet, voyage avec son père à Paris et au Havre où il reste pendant deux ans dans la famille Grégoire de Blésimaire. Il se lie d'amitié avec le fils de la famille. Il y apprend le français et y passera "de loin la meilleure partie de son enfance" où il y trouve quelque chose comme un foyer familial. Il écrira plus tard, à propos de monsieur Grégoire: "Cet homme bon et doux me traitait tout à fait comme son second fils."
1799: En août, retour à Hambourg. Etudes à l'institut privée Runge, une école de commerce, jusqu'en 1803. Cette école jouissait d'une excellente réputation et on y envoyait en formation les fils des meilleures familles de Hambourg. Arthur y étudie les rudiments des mathématiques, de la géographie, des langues. Ses camarades de classe deviendront de prospères marchands, mais déjà Arthur sent en lui une autre vocation naître, celle de savant.
1803: En mars, Arthur se décide selon le souhait de son père contre les études au lycée et la carrière de savant, et pour l'apprentissage du métier de commerçant. En récompense, il peut accompagner ses parents dans leur voyage à travers l'Europe (Hollande, Angleterre, France, Suisse, Autriche). Le 3 mai, début du voyage. Ces mois à parcourir l'Europe marqueront de manière indélébile le jeune-homme. Ainsi, arrivé Toulon, il visite le bagne où vivent des forçats. Images fortes qui influenceront fortement sa vision du monde. Dans son journal de voyage, à propos de cet événement, il écrit: "Je considère le sort de ces malheureux comme plus affreux que la peine de mort. Les galères que j'ai vues de l'extérieur semblent être les endroits les plus sales et les plus écoeurants qu'on puisse imaginer .../...Le forçat a pour lit le banc auquel il est enchaîné; l'eau et le pain sont toute sa nourriture .../... Peut-on imaginer sentiment plus affreux que celui d'un malheureux enchaîné à un banc de galère sombre dont seule la mort peut le délivrer .../... Ce qui augmente les souffrances de certains, c'est d'avoir à supporter la compagnie inséparable de ceux auxquels il est enchaîné. Et quand vient enfin le moment où la délivrance qu'il attendait depuis dix ou douze ans, ou -chose plus rare - depuis vingt ans, c'est-à-dire la fin de l'esclavage, que deviendra-t-il ? .../... Personne ne veut employer un ancien galérien. Il récidive et finit aux Assises. J'ai été effrayé d'apprendre qu'il y avait 6000 galériens". Dans un registre tout différent, la cime du mont Blanc lui inspire le sentiment du sublime, qu'il développera, plus tard, dans son esthétique: "Ce spectacle, la vue des énormes blocs de glace, les échos retentissants, les ruisseaux torrentiels, les roches, les cascades, les sommets qui, d'en haut, semblent planer sur l'univers, les montagnes couvertes de neiges, tout cela est empreint d'une merveilleuse et indescriptible beauté. On voit ici le sublime de la nature. Ici, elle n'est pas quotidienne, elle a dépassé ses bornes; on croit en être plus proche."
1804: Le 25 août, fin du voyage. Devenu homme, il dira de ce voyage: "A 17 ans, sans formation universitaire, je fus saisi par la détresse de la vie, comme il fut Bouddha dans sa jeunesse lorsqu'il découvrit l'existence de la maladie, de la vieillesse, de la souffrance et de la mort. .../... ma conclusion fut que ce monde ne pouvait pas être l'oeuvre d'un être infiniment bon, mais bien celle d'un diable qui avait appelé les créatures à l'existence pour se repaître de la vue de leur souffrance." Apprentissage commercial à Dantzig chez Kabrun, négociant (jusqu'en décembre) où il remplit les fonction de "garçon de magasin".

_________________
n'entendre que les silences,
n'écouter que les mots,
ne donner que le beau,
ta vie aura un sens
Revenir en haut Aller en bas
Gi
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 13136
Localisation : Lévis secteur Charny, Québec, Canada
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: Schopenhauer   Mar 7 Fév - 15:10



image d'Arthur

_________________
...

[img][/img]
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
ou ici :
http://ginette-villeneuve.qc.ca/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.liensutiles.org/gvilleneuve.htm
 
Schopenhauer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Raymond, Didier] Schopenhauer
» [Yalom, Irvin D.] La méthode Schopenhauer
» Avec Sergey Dvortsevoy et le documentaire
» Pensées d'un jeune homme - IV
» [Lenoir, Frédéric] Petit traité de vie intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mots d'art & Scénarios :: Philosophie, psychologie & rêves :: Philo-
Sauter vers: